GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Janus, le Web sous-marin (rediffusion)

    L'impact de la nouvelle norme de communication sur les animaux sous-marins sera surveillé avec des biologistes. Getty Images/Corbis/VCG

    Des ingénieurs de l'Otan, spécialistes des transmissions sous-marines, ont établi une norme numérique internationale qui permet de communiquer par ondes acoustiques aux fonds des océans. Ce nouveau protocole dénommé Janus annonce la création du premier Web des profondeurs, avec lequel des drones aquatiques ou des robots d’exploration échangeront des données.

    (Rediffusion du 15 juin 2017)

    Impossible dans l’état actuel de nos connaissances d’implanter un réseau Wi-Fi traditionnel aux fonds des océans ! Et pour cause ! Les ondes électromagnétiques ont un vilain défaut, elles n’aiment pas l’eau qui les absorbe, les dévie et finit par les éparpiller.

    Un premier standard pour remplacer des normes différentes

    Pour communiquer avec le reste du monde, submersibles, installations subaquatiques, capteurs et balises en tout genre ou robots d’exploration qui déambulent au fond des océans emploient depuis longtemps un autre procédé, qui utilise des ondes sonores. La méthode s’inspire bien évidemment de la nature imitant, en quelque sorte, le chant des baleines, des dauphins et autres cétacés capables de communiquer sur de très grandes distances.

    Les dispositifs sonores qui sont actuellement utilisés par les sous-mariniers ont chacun leur propre norme, ces protocoles différents de transmission rendent, hélas, impossible l’interconnexion des appareils.C’est la raison pour laquelle, les scientifiques du Centre de recherche maritime et d’expérimentation de l'Otan ont développé le tout premier standard international de communication numérique sous-marine.

    Janus, adopté par tous les membres de l'Otan

    Il se dénomme Janus en référence au dieu de l’antiquité romaine des commencements et des fins, des choix et des portes. Les statues de cette divinité étaient représentées avec un double visage, une face tournée vers le passé, l’autre regardant l'avenir. Aujourd’hui, Janus est devenu le chaînon manquant qui permet de relier tous les appareils de communication des sous-mariniers.

    Depuis mars 2017, ce standard a été adopté par tous les membres de l'Otan et « c’est la première étape vers la création d'un Internet sous-marin », estiment les inventeurs de ce réseau acoustique commun qui est calé sur une fréquence de 11,5 kHz. Un véritable Wi-Fi des mers que tous les sous-marins, drones aquatiques, robots d’exploration, plongeurs professionnels ou de loisir pourront bientôt emprunter pour communiquer entre eux. « On pourrait même l’utiliser pour protéger les poissons et les mammifères marins, des dangers du trafic maritime », annoncent les chercheurs qui, par ailleurs, ont décidé de collaborer avec des biologistes pour étudier l’impact des ondes acoustiques du futur réseau Janus sur l'environnement marin. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr


    Sur le même sujet

    • Nouvelles Technologies

      Li-Fi, quand la lumière remplace le Wi-Fi (rediffusion)

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Les dirigeables Wi-Fi de Google en Afrique

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Le web plonge en eau profonde (rediffusion)

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.