GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'agenda culture Afrique du 08 au 14 janvier 2018

    Wilfried N'Sondé en couverture du magazine culturel «Afriscope» du mois de décembre 2017. Africultures.com

    Où sortir la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures.

    Le site africultures.com a sorti un numéro du magazine papier d’Africultures : Afriscope. Un magazine papier que vous pouvez lire sur africulture.com et avec en couverture l’écrivain Wilfried N’Sondé. Il vient de sortir son cinquième roman, Un océan, deux mers, trois continents, sorti cette semaine aux éditions Actes Sud.

    Dans ce roman, l’auteur, né à Brazzaville, qui a longtemps vécu à Berlin avant de s’installer à Paris, nous plonge au XVIIe siècle.

    On suit le périple d’un homme qui a véritablement existé, qui a une statue à son effigie à Rome aujourd’hui : il s’appelle Nsaku Ne Vunda. Il est prêtre, donc au XVIIe siècle, dans un village du royaume du Kongo de l’époque.

    La traite transatlantique se met en place ; des habitants du royaume sont déportés vers les côtes de l’Amérique latine, d’où sont envoyés toutes sortes de denrées et matériaux vers l’Europe. Le roi du Kongo demande à Nsaku ne Vunda de faire le voyage dans l’un de ses bateaux négriers pour aller jusqu’en Europe demander au pape d’abolir l’esclavage.

    N’Sondé est parti de cette histoire vraie pour imaginer le périple vécu par le prêtre, de sa vie au Kongo, de son voyage sur le bateau négrier non pas dans la cale comme ses compatriotes mais aux côtés des officiers puisqu’il est un ambassadeur auprès du pape.

    Et c’est toute la traite transatlantique qui se déploie alors dans la singularité de cette traversée. Mais bien plus que cela, je citerai les mots d’un autre écrivain, Sami Tchak, parlant de ce roman Un océan, deux mers, trois continents dans nos pages : « un grand roman, fortement ancré dans les ombres et lumières d’une civilisation, d’une époque, au cœur de l’histoire d’un peuple, porté par le destin singulier d’un homme, un passé rendu avec une exceptionnelle justesse que cela en devient une fine autopsie du présent, tout en étant l’écho inéluctable du futur, car il s’agit surtout de l’humain ».

    On termine cet agenda culturel en musique avec une figure du hip-hop sénégalais.

    On ne présente plus Faada Freddy ? Il est l’un des membres d'un des groupes emblématiques du hip-hop sénégalais des années 90 : Daara J Family. Il mène aussi une carrière solo et a sorti son premier album il y a trois ans, Gospel journey. Un bijou pop qui a la particularité d’être fabriqué à partir de percussions corporelles, de beatboxing, de claquement de doigts, de cœurs et avec la voix, bien sûr, de Faada Freddy. On y retrouve des influences soul, reggae, gospel qui se mêlent très bien.

    Si on en parle aujourd’hui, c’est parce qu’il est en concert à Dakar la semaine prochaine.

    Faada Freddy sera au Pullman Teranga vendredi 12 janvier à 20h et le samedi 13 janvier au Grand théâtre national de Dakar. Et écoutons-le pour terminer cette chronique dominicale avec le titre Slow down.


    Sur le même sujet

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.