GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: la piste crapuleuse se précise en Casamance

    Ziguinchor, le 7 janvier 2018. Des hommes prient devant le cercueil d'un des jeunes 13 tués. SEYLLOU / AFP

    « La vérité sort du bois », s’exclame en Une Enquête. Pour le quotidien sénégalais, le massacre de la forêt de Bofa samedi, qui a fait 13 morts, serait bien dû à un règlement de comptes entre les brigades vertes, chargées de la protection des forêts, et des coupeurs de bois illégaux.

    En théorie, précise Enquête, « les agents des brigades vertes doivent veiller à ce que les trafiquants de bois soient transmis à la police ou à la gendarmerie. Mais, progressivement, ils se sont substitués aux forces de l’ordre et ont commencé à se livrer à un type de justice expéditive. C’est dans cette logique, affirme le journal, qu’ils s’en sont pris aux proches de rebelles qui étaient allés chercher du bois dans la vaste forêt casamançaise. »

    « Il s’agit d’un règlement de comptes », dénonce également, dans Walf Quotidien, le président du collectif des Cadres de la Casamance, l’architecte Pierre Goudiaby Atepa. Un collectif qui œuvre pour la paix. « "Il y a une mafia qui s’est organisée, explique-t-il, et qui envoie des jeunes pour aller couper du bois dans des endroits où c’est interdit. Nous pensons que des dispositions doivent être prises pour arrêter cette mafia". Se voulant on ne peut plus explicite, pointe le journal, Pierre Goudiaby Atepa ajoute : "ceux qui ont envoyé ces jeunes faire ce qu’ils ne devraient pas faire, il semble que les autorités doivent les connaître. Dans deux ans il n’y aura plus de Casamance parce qu’il n’y aura plus de forêt". »

    Hier, nous en faisions état dans cette revue de presse, le journal en ligne casamançais, Le Journal du Pays, révélait l’existence de ce trafic illicite de bois et répercutait un communiqué des indépendantistes du MFDC qui accusait de complicité dans ce trafic certaines hautes autorités régionales.

    La mafia du bois

    Il faut dire que le trafic de bois peut rapporter gros, précise Le Point Afrique. « Le teck qui pousse en Casamance produit un bois précieux très recherché notamment pour la fabrication de ponts de bateaux et de meubles de jardin. Il fait donc l’objet de nombreuses convoitises et de trafics. La rébellion du MFDC, précise encore Le Point Afrique, lie plus précisément le massacre de samedi à un conflit entre des scieries locales, dont la "forte concurrence aurait fini par instaurer une atmosphère d’animosité entre les employés". »

    Autre hypothèse, avancée cette fois par L’Observateur Paalga au Burkina : « des membres de comités de vigilance installés par les villageois, face au silence complice des éléments des Eaux et forêts, prélèveraient un impôt sur la coupe du bois. Et c’est le refus des jeunes de verser cette manne qui aurait provoqué les foudres des trafiquants, lesquels ont, pour ainsi dire, fait parler la poudre. L’hypothèse de la mafia du bois est d’autant plus plausible, relève encore L’Observateur Paalga, qu’on se rappelle que, déjà en novembre dernier, des habitants de la zone, mécontents du pillage de leurs ressources sylvicoles, avaient passé à tabac des jeunes, comme ceux de ce tragique samedi (…). »

    Un modus vivendi, vite !

    En tout cas, conclut Wakat Séra, toujours à Ouga, attention à ce que cette affaire ne ravive pas les tensions politiques dans la région…  

    « En attendant de connaître les acteurs du meurtre des 13 jeunes civils dans la forêt casamançaise, il faut espérer que l’indépendance de la Casamance enclavée, exigée par la rébellion, ne sera pas une fois de plus remise au goût du jour, et qu’elle ne fasse pas plonger le Sénégal dans un nouveau cycle de violences qui pourrait constituer un terreau fertile pour le terrorisme dont le pays, parfois menacé mais jamais attaqué, a toujours été à l’abri. Vivement qu’un modus vivendi soit trouvé, soupire le site burkinabé, et que l’accalmie se transforme en paix des braves pour faciliter le désenclavement et le développement équitable de toutes les régions du Sénégal, sans considération ethnique. Plus jamais ça ! »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.