GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Aujourd'hui
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les pays baltes à l'heure japonaise

    Les Premiers ministres japonais et lituanien Shinzo Abe (gauche) et Saulius Skvernelis (droite). REUTERS/Ints Kalnins

    Ces derniers jours, les pays baltes vivent à l’heure japonaise. Le Premier ministre Shinzo Abe y est en tournée avant de poursuivre au sud de l’Europe. Vendredi, il était à Tallinn, hier à Riga et Vilnius. Cette visite est historique. C’est la toute première d’un dirigeant nippon dans la région. Les images ont été fortes et les relations s’intensifient depuis quelque temps.

    Tokyo regarde de plus en plus du côté de l’Europe centrale et orientale. La région devient de plus en plus importante à ses yeux, dans une logique de diversification commerciale. A ce propos, de nombreux représentants d’entreprises accompagnent Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, dans son voyage. De plus, ces échanges intensifiés se traduisent dans les faits : les exportations lituaniennes vers le Japon augmentent régulièrement depuis quelques années, en 2016 elles étaient de 130 millions d’euros. A Riga, les centres logistiques, porte d’entrée vers l’Europe, ont séduit la délégation nipponne.

    Les Chinois étant de plus en plus actifs dans la région, les Japonais veulent aussi montrer leur présence. Mais le Premier ministre Shinzo Abe est aussi venu pour parler géopolitique. Dans les trois capitales baltes, il a eu l’assurance d’être sur la même longueur d’onde en ce qui concerne la Corée du Nord.

    Vers des avancées concrètes

    A Tallinn, Shinzo Abe a annoncé que le Japon allait rejoindre le centre d’excellence de l’Otan sur la cyberdéfense. Les deux pays ont, certes, une passion commune pour le numérique, mais c’est aussi une reconnaissance des compétences de l’Estonie dans ce domaine. Le pays a connu en 2007 son tout premier cyber conflit. Les accords pour éviter la double imposition, signés il y a quelques mois, vont bientôt entrer en vigueur. De plus, pour renforcer le tourisme, un secteur qu’ils souhaitent consolider, un accord entre les pays baltes et le Japon pour un visa travail-vacances devrait bientôt être signé.

    A Kaunas, l’histoire du diplomate Sugihara en toile de fond

    L’histoire du diplomate Sugihara, arrivé en poste à Kaunas en 1939, est méconnue. En juin 1940, des foules de réfugiés, beaucoup de juifs de Pologne, font la queue devant le consulat en demandant des visas pour le Japon. Avec le consul des Pays-Bas, ils délivrent 2 000 visas familiaux pour l’île hollandaise de Curaçao via le Japon. Il le fait en enfreignant les directives japonaises.

    Sugihara doit ensuite fuir la Lituanie, quelques mois plus tard. Mais il continue d’établir ces visas jusqu’à la fin : à l’hôtel et même dans le train sur le départ. Dans le consulat devenu musée, on voit toujours le drapeau japonais d’époque. C’est un juif sauvé enfant par Sugihara qui l’a retrouvé. Il n’était plus diplomate. En 1984, il est devenu « Juste parmi les nations » et un prix de la tolérance à son nom est décerné en Lituanie depuis 2001.


    Sur le même sujet

    • Estonie / Union européenne

      Cybersécurité, climat, défense: les succès de la présidence estonienne de l'UE

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      L’exode du Kosovo vers l’Europe «des riches»

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Retour sur les dernières semaines d'actualité européenne

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.