GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
Aujourd'hui
Dimanche 25 Février
Lundi 26 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Allemagne: l’AFD vise une place à la Fondation du mémorial des Juifs assassinés

    La fondation gère le champ de blocs de béton érigé aux environs de la Porte de Brandebourg (sur le photo) au cœur de Berlin. Pierre-Selim Huard/wikimedia.org

    C’est un peu l’histoire du loup dans la bergerie. Le parti d’extrême droite allemand AfD entend placer un de ses membres au sein de la direction de la Fondation du Mémorial pour les Juifs assassinés d’Europe. La fondation gère le champ de blocs de béton érigé aux environs de la Porte de Brandebourg au cœur de Berlin, pour honorer la mémoire des victimes de l’Holocauste. Que vient faire l'AfD dans cette institution ?

    de notre correspondante à Berlin

    L'AfD, en tant que parti élu au Bundestag, a tout simplement droit à un siège au sein de la Fondation pour la mémoire des juifs assassinés, comme les autres partis représentés au Parlement. Les statuts de la Fondation qui gère le mémorial stipulent en effet que chaque parti représenté au Bundestag peut envoyer un membre dans son directoire. Le texte avait été rédigé en 2000, bien avant la création de l’AfD en 2013, et à une époque où rien ne laissait présager que l’extrême droite ferait un jour une entrée fracassante au Parlement. Au sein de la Fondation, c’est l’effarement depuis les élections. D’autant que voici un an, Björn Höcke, membre influent et contesté de l’AfD, avait qualifié le mémorial de l’Holocauste de « monument de la honte ».

    Est-ce le seul conflit de ce type?

    L'entrée au Bundestag ouvre à l'AfD d'autres portes d'institutions allemandes.  Les populistes ont déjà présenté leur candidat pour le poste auquel ils ont également droit au sein du Conseil de l’Alliance pour la Démocratie et la Tolérance, BfDT. Le député Jens Maier -qui vient de s’illustrer en qualifiant le fils métis de la légende du tennis Boris Becker de « demi-nègre »- occupera le poste.
    Auparavant, l’AfD avait tenté d’imposer Albrecht Glaser, 76 ans, au poste de vice-président du Bundestag (le député s’était prononcé en faveur de la « suppression de tout droits religieux -pourtant garantis par la Constitution, ndlr- pour les musulmans »). Enfin, l'extrême droite aura le droit d'occuper quelques postes à la tête de commissions parlementaires, un dossier qui devrait progresser cette semaine.

    Quel but pour l'AfD?

    L’AfD, dont le discours ne cesse de se radicaliser, donne ainsi l’impression de chercher à s’infiltrer au sein de toute institution de la République, pour occuper le terrain et affirmer sa présence.

    Le parti d'extrême droite s'est illustré ces derniers jours par des surenchères verbales. Une élue locale de Berlin, Franziska Lorenz-Hoffmann,  a ainsi diffusé sur son compte facebook une affiche de propagande du IIIe Reich : « femme allemande! Préserve la pureté de ton sang. Les étrangers ne doivent pas te toucher ! » Le message a depuis été supprimé, mais l’élue l’a justifié en expliquant vouloir que « les Allemands restent allemands ».

    « L’AfD, estime le quotidien berlinois Tagesspiegel se radicalise dans son discours ». De l'avis du politologue Arno Funke, cette radicalisation a pour but d'intégrer les néo-nazis. Depuis ses débuts en 2013, le parti a connu une radicalisation permanente, avec à chaque nouvelle étape  une purge de la direction en place et la mise en place d’une nouvelle équipe encore plus extrémiste. La stratégie semble payer. Selon un sondage publié par le Spiegel, l’AfD -qui avait obtenu 12,9% des voix aux législatives de septembre- a progressé à 14,7% des intentions de vote.


    Sur le même sujet

    • Allemagne

      Le parti d'extrême droite allemand AfD durcit le ton

      En savoir plus

    • Allemagne

      Allemagne: une élue AfD en butte à la loi anti-propos haineux sur Twitter

      En savoir plus

    • Allemagne

      Allemagne: coup de force de l'aile droite de l'AfD au congrès du parti à Hanovre

      En savoir plus

    • Allemagne

      Allemagne: dès la rentrée du Parlement, l'AfD se fait remarquer

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.