GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le Brexit menace des secteurs entiers de l'agriculture européenne

    l'Irlande serait frappée deux fois : elle exporte beaucoup de viande bovine et ovine vers la Grande-Bretagne pour qui il pourrait s'avérer moins coûteux de faire venir de l'agneau de Nouvelle-Zélande ! . Photo : moutons du nord de l'Irlande. ©PETER MUHLY/AFP

    el type de relation la Grande-Bretagne souhaite-t-elle négocier avec l'Union européenne, un an et demi après le vote des Britanniques en faveur du Brexit ? La Commission de Bruxelles s'impatiente. Sans accord commercial entre Londres et le reste de l'Union, des secteurs entiers de l'agriculture vont souffrir, en particulier le sucre, le lait et la viande.

    Le Brexit menace des secteurs entiers de l'agriculture européenne. La Grande-Bretagne, deuxième économie et troisième population d'Europe est un grand marché, elle reçoit 9% de toutes les exportations agricoles de l'Union européenne, 47 milliards d'euros en valeur.
    On ne sait pas encore ce qui va sortir des négociations entre Londres et Bruxelles, il y a beaucoup d'options, dont un accord de libre-échange.

    Retour des barrières douanières

    Mais faute d'accord, c'est le retour aux règles minimums de l'OMC, l'Organisation internationale du commerce, qui prévaudra. Cela signifie le retour des barrières douanières. Le retour des droits de douane bien sûr, et, plus handicapant pour les productions agricoles, le retour des barrières non tarifaires, comme les inspections sanitaires, les formulaires, etc. Les chercheurs du CEPII ont calculé qu'au total cela ferait grimper de 50% le prix des huiles végétales européennes importées par la Grande-Bretagne. Pire, la viande bovine et les produits laitiers importés du reste de l'Europe coûteraient deux fois plus cher qu'aujourd'hui aux Britanniques ! La conséquence serait une diminution de 60% du commerce agricole de part et d'autre du Channel. Pour les viandes blanches, les viandes rouges, le sucre et les produits laitiers, ce serait un effondrement : -90%.

    L'Irlande et son élevage les plus touchés

    Les trois pays les plus pénalisés seraient les Pays-Bas, la France et l'Irlande. Mais l'Irlande serait frappée deux fois : elle exporte beaucoup de viande bovine et ovine vers la Grande-Bretagne, y compris pour une première transformation, mais elle importe aussi beaucoup d'aliments du bétail de Grande-Bretagne, qui seraient également plus chers avec le retour des barrières douanières, ce qui augmenterait d'autant le prix de la viande irlandaise. Pour la Grande-Bretagne, il pourrait s'avérer moins coûteux de faire venir de l'agneau de Nouvelle-Zélande !

    En comparaison le secteur de la viande en France s'en sortirait un peu mieux estiment les chercheurs : l'élevage français est très peu dépendant des intrants britanniques, ses coûts n'augmenteraient donc pas avec le retour des barrières douanières britanniques, la viande française gagnerait donc en compétitivité par rapport à la viande irlandaise sur le marché intérieur et sur le marché intra-européen.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.