GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
Aujourd'hui
Dimanche 25 Février
Lundi 26 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Pétrole: l'OPEP veut une alliance durable avec la Russie

    Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh lors d'une conférence de presse, le 21 janvier 2018 à Oman. ©MOHAMMED MAHJOUB/AFP

    Pérenniser l'accord entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et la Russie, pour encadrer le marché pétrolier. C'est le souhait de l'Arabie saoudite.

    C'est presque une invitation à rejoindre l'OPEP que l'Arabie saoudite a lancée à la Russie dimanche ! « Nous devons évoquer un cadre à plus long terme pour notre coopération », a estimé le ministre saoudien du Pétrole. Jusqu'à présent les 14 pays membres du cartel et les 10 autres non membres, dont la Russie, avaient uniquement convenu d'une réduction temporaire de leur production, appliquée depuis un an. Avec un certain succès puisque le prix du baril a plus que doublé depuis, il est passé de 30 dollars à près de 70 dollars, 133% de hausse.

    Maintenant l'Arabie saoudite s'interroge sur la façon de sortir de cet accord OPEP-non OPEP sans que les cours ne s'effondrent à nouveau.

    Contrer la production américaine

    D'autant qu'avec l'embellie des prix, la production des Etats-Unis, non contraints par l'accord, explose. Elle a augmenté de 300 000 barils par jour rien que la semaine dernière. L'Agence internationale de l'Energie prédit cette année une croissance explosive de la production des pétroles de schiste américain, une croissance substantielle au Canada et au Brésil, qui compenseront largement la chute de la production au Venezuela et au Mexique.

    Cette offre supplémentaire de pétrole devrait faire des Etats-Unis le premier pays producteur de brut au monde (10,4 millions de barils par jour), devant l'Arabie saoudite (contrainte à moins de 10 mbj) et la Russie, qui risquent de voir leurs efforts pour réduire les excédents mondiaux anéantis.

    Russie plus optimiste que l’Arabie saoudite

    Cela dit la production augmente aux Etats-Unis, mais peut-être que cet essor ne durera pas, car les forages de pétrole de schiste, eux, sont en diminution. La Russie semble elle-même plus optimiste que l'Arabie saoudite. Le ministre russe du Pétrole voit le marché pétrolier se rééquilibrer dès cette année, quand le ministre saoudien repousse l'échéance à l'an prochain.

    La Russie veut bien poursuivre sa coopération avec l'OPEP mais elle ne répond pas aux propositions saoudiennes d'un cadre permanent qui les unirait. Pas question que la Russie n'entre dans l'OPEP !


    Sur le même sujet

    • Economie / Pétrole / Opep

      Pétrole: l'Opep et ses partenaires prolongent l'encadrement de la production

      En savoir plus

    • Pétrole / Emirats Arabes Unis

      Réunion de l’Opep à Abou Dhabi sur la limitation de la production

      En savoir plus

    • Russie / Opep

      L'Opep et la Russie mettent le Nigeria à contribution

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.