GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Ukraine: une loi très controversée sur la réintégration du Donbass

    Des activistes du parti du Corps national manifestent contre le président Porochenko. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Le Parlement ukrainien a adopté la semaine dernière, le 18 janvier, une loi très controversée sur la réintégration du Donbass, cette région industrielle de l’est du pays, en guerre depuis le printemps 2014. Les débats ont été houleux, et marqués par des affrontements entre militants nationalistes et forces de police.

    Cette loi n’est pas exactement une loi de réintégration des territoires tenus par les séparatistes prorusses et les forces russes. C’est avant tout un texte de clarification de la politique de l’Etat ukrainien dans la situation actuelle. Une des principales innovations de la loi, c’est le changement de dénomination. Depuis mars 2014, les opérations militaires étaient qualifiées d'« opérations antiterroristes ». Maintenant, c’est officiellement une « agression russe ». Les républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk sont des « territoires temporairement occupés », comme la Crimée. Selon la loi, c’est la Russie qui porte l’entière responsabilité du conflit, des destructions et de la situation des droits de l’homme dans ces territoires.

    Pour le président Petro Porochenko, qui a proposé la loi, c’est un signe envoyé aux populations de ces territoires qu’elles font partie de l’Ukraine. Mais plusieurs forces politiques ont refusé de rejeter toute la faute du conflit sur la seule Russie, ce qui fait polémique.

    La responsabilité de la Russie

    La responsabilité de la Russie est clairement prouvée depuis 2014, malgré le déni persistant du Kremlin. Ce n’est pas une guerre civile, mais un conflit hybride, complexe, instrumentalisé par la Russie et sa machine médiatique. Il y a un consensus en Ukraine pour reconnaître cela. Mais désigner la Russie comme seule responsable du conflit ne garantit en aucune manière que des citoyens ukrainiens, victimes des combats, puissent obtenir des réparations auprès d’une instance internationale. En vertu de cette loi, ils ne pourront pas se tourner vers l’Etat ukrainien pour de quelconques indemnités.

    Et s’il y a des forces politiques qui considèrent que le texte est trop dur avec la Russie, il y en a qui ont regretté qu’il n’aille pas plus loin. Par exemple, la loi n’utilise pas le terme de « guerre », même s’il s’agit bien d’une guerre. En effet, la reconnaissance officielle d’un état de guerre remettrait en cause la capacité de l’Ukraine à bénéficier d’une assistance financière internationale. Le texte est donc un compromis entre ces deux extrêmes. Mais l’une des principales critiques est que la loi renforce les pouvoirs du président ukrainien.

    Chef des armées selon la Constitution

    La loi renforce les prérogatives de l’armée, non seulement à l’est, mais aussi dans tout le reste du pays, en situation de paix. Le Kremlin a dénoncé cette loi comme « la préparation d’une nouvelle guerre ». En Ukraine, beaucoup d’opposants considèrent que cela est un blanc-seing donné au président pour se servir de l’armée à sa guise. Le doute demeure puisque la gravité de la loi dépend de ce que Petro Porochenko en fera. De plus, le pays entre bientôt en période électorale, avant les élections présidentielles du printemps 2019.


    Sur le même sujet

    • Ukraine / Russie

      Ukraine: le Parlement vote une loi sur la réintégration des territoires occupés

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      La grogne sociale des métallos allemands

      En savoir plus

    • Russie

      Russie: l'organisation finançant le mouvement de Navalny menacée par la justice

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.