GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Hongrie: Orban lance une offensive contre les ONG aidant les demandeurs d’asile

    Le milliardaire George Soros, directement visé par le dernier projet de loi hongrois. REUTERS/Luke MacGregor/File Photo

    Le gouvernement nationaliste de Viktor Orban a présenté un projet de loi intitulé « Stop Soros ». Il cible les ONG des droits de l’homme soutenues par la fondation de George Soros, le milliardaire américain d’origine hongroise devenu la bête noire de Viktor Orban.

    Ce n’est évidemment pas la première offensive de Viktor Orban contre les ONG venant en aide aux migrants. Il y avait déjà eu une première loi au printemps 2017, qui obligeait les associations recevant plus de 24 000 euros par an de dons étrangers à s’enregistrer auprès d’un tribunal spécial. Cela avait provoqué l’ouverture, par la Commission européenne, d’une procédure d’infraction.

    Cette deuxième loi cible les organisations qui assistent les demandeurs d’asile. Elles devront s’enregistrer, ce qu’elles faisaient déjà, mais aussi payer une taxe de 25% sur les dons de l’étranger. En effet, ces ONG reçoivent toutes sortes de dons : de l’ONU par exemple, mais aussi de l’Union européenne. Malgré la législation communautaire qui interdit d’imposer les fonds européens, le gouvernement de Viktor Orban va taxer cet argent.

    Un but caché

    Officiellement, le gouvernement veut protéger la Hongrie et les Hongrois. Il accuse ces associations d’encourager l’immigration illégale, le trafic d’êtres humains, et de mettre en danger la sécurité des citoyens.

    Néanmoins, dans la réalité, ces organisations aident les demandeurs d’asile à remplir leur dossier. Elles aident les étrangers qui ont reçu le statut de réfugié à prendre des cours de hongrois et à chercher un emploi. Elles soutiennent l’intégration et non l’immigration illégale. Mais le pouvoir entretient délibérément la confusion, arguant que ce sont « des groupes d’aide aux migrants, déguisés en organisations de défense des droits de l’homme. »

    Une loi motivée par le calendrier électoral

    Cette loi fait partie de la campagne lancée contre George Soros depuis un an. Cette campagne permanente a profité au parti de Viktor Orban, qui ne cesse de monter dans les sondages. Pour mobiliser ses électeurs à l’approche du scrutin, ce dernier continue à parler de Soros et du danger de la migration.

    Peu de clandestins en Hongrie

    Il est très difficile de franchir la frontière illégalement en Hongrie, car la frontière sud du pays (d’où provient la majorité des migrants) est entourée d’une double clôture renforcée. Il y a deux camps à la frontière où l’on peut entrer légalement et la Hongrie n’y laisse passer que 10 personnes par jour.

    Actuellement, il y a moins de 500 personnes qui attendent la réponse à leur demande d’asile. Seule une poignée devrait recevoir une réponse positive et ils n’auront pas un sou de la Hongrie, qui est le seul gouvernement de l’Union européenne à avoir supprimé toutes les aides aux réfugiés, alors que la législation européenne l’y oblige. Sans les associations qui les aident à se loger, et à scolariser leurs enfants, les réfugiés se retrouveraient à la rue. Et ce sont ces ONG qui sont aujourd’hui dans la ligne de mire du gouvernement.


    Sur le même sujet

    • Accents d'Europe

      Les réfugiés entrepreneurs de Finlande

      En savoir plus

    • Reportage International

      Hongrie: des proches de Viktor Orban font main basse sur les médias locaux

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Hongrie: les partis d'opposition sous pression à l'approche des législatives

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.