GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    «La mort de Staline», film censuré en Russie

    «La mort de Staline», un film d'Armando Iannucci. Copyright 2017 Concorde Filmverleih GmbH

    Le film devait sortir ce jeudi en Russie, mais les autorités du pays en ont décidé autrement. La mort de Staline, film britannique d’Armando Iannucci, sera interdit de projection sur décision du ministère de la Culture.

    De notre correspondant à Moscou,

    La mort de Staline raconte de manière totalement burlesque la mort de Staline et la lutte de succession qui a déchiré son entourage en mars 1953. Le film, complétement loufoque, tourne en ridicule les dirigeants communistes de l’époque qui étaient également les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale : Staline bien entendu, mais aussi le maréchal Joukov. C’est ce qui a déplu à un certain nombre de responsables politiques et culturels et qui a justifié sans doute la censure du film.

    Une pétition signée et diffusée par Nikita Milkhalkov

    Le facteur déclenchant semble avoir été une pétition diffusée par des personnalités russes, dont le cinéaste bien connu Nikita Milkhalkov. Cette pétition affirme que ce film est une insulte et un crachat aux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. En Russie, le culte patriotique de la mémoire de Stalingrad et de la lutte contre les nazis a atteint un tel niveau qu’un film parodique devient aux yeux de certains absolument insupportable.Et parmi les arguments avancés par les détracteurs du film, il y a justement l’approche du 75e anniversaire de Stalingrad.

    De plus, avec l’élection présidentielle du 18 mars, il y a également la volonté de contrôler le monde artistique et culturel. Certains films qui pourraient déranger la mémoire ou l’image de la Russie ont ainsi des difficultés à sortir en salles. Parallèlement, le gouvernement met tout en œuvre pour promouvoir les films russes qui ont une résonance patriotique. Ces films-là sont non seulement autorisés, mais le gouvernement fait le maximum pour qu’ils rencontrent du succès. Le Kremlin peut aller jusqu'à influence les dates de sortie pour éviter qu’un film russe de cet acabit puisse être gêné par un blockbuster américain.

    Une censure non assumée

    En interdisant purement et simplement La mort de Staline, le gouvernement passe à un niveau supérieur, celui de la censure pure et simple. Le ministre russe de la Culture, qui a décidé de retirer la licence au film, assure pourtant contre toute évidence « qu’il n’y a pas de censure en Russie, simplement, une limite entre la critique de l’histoire et sa parodie ».


    Sur le même sujet

    • Culture / Cinéma

      Cinéma: «Matilda», la bluette qui fait scandale en Russie

      En savoir plus

    • Cinéma / Russie

      «Faute d’amour», un couple russe chez Andrey Zvyagintsev

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Russie: l'univers du spectacle, ébranlé par une nouvelle affaire

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.