GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
Samedi 24 Février
Dimanche 25 Février
Aujourd'hui
Mardi 27 Février
Mercredi 28 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Dollar et Chine orienteront des marchés bien approvisionnés en 2018 selon Cyclope

    Les bons prix de 2017 ont encouragé à nouveau l’extraction du sous-sol. ©REUTERS/Jim Regan

    Le cercle Cyclope se livre à son exercice rituel de prédictions pour la nouvelle année. Malgré la confirmation du retour de la croissance mondiale, les prix des matières premières devraient se calmer en 2018. Des inconnues de taille, cependant : l’évolution du dollar et des importations chinoises.

    En 2018, le dollar et la Chine orienteront in fine les marchés de matières premières selon Cyclope. Le cercle animé par Philippe Chalmin vient de livrer ses prévisions pour la nouvelle année. « Rarement le soleil aura autant brillé sur la scène économique mondiale », reconnaît l’économiste : le Fonds monétaire international vient d’annoncer une croissance de 3,9% pour 2018 (après 3,6% en 2017). Pourtant la hausse des prix des matières premières, qui s’est encore traduite par de nouvelles poussées en tout début d’année, ne devrait pas se prolonger dans les mois qui viennent.

    Abondance de minerais et métaux

    L’inflation des métaux et du pétrole est derrière nous, juge Cyclope. Les bons prix de 2017 ont encouragé à nouveau l’extraction du sous-sol. Il y aura plus de pétrole de schiste américain, plus de minerai de fer, plus d’étain, plus de plomb, plus de zinc, mais aussi plus de charbon vapeur ou à coke disponible. Les prix de tous ces produits, après s'être envolés, devraient stagner voire chuter, estime Cyclope. Seuls le cuivre et le nickel liés au véhicule électrique continueront leur ascension. Le pétrole, qui a encore connu un pic à 70 dollars le baril en janvier, pourrait redescendre à 50 dollars.

    Sur les marchés agricoles, les excédents vont continuer de peser sur les prix.

    Seuls le riz et le café devraient se vendre plus cher cette année. Le coton va déjà mieux, il est sorti des excédents depuis l’an dernier. Mais pas le reste des productions végétales. Cyclope anticipe donc une stagnation des cours du cacao et du maïs, un déclin des prix du sucre, une légère remontée mais à un faible niveau des cours du blé, vu la récolte encore pléthorique attendue cette année dans les pays de la mer Noire. Même les cours du soja devraient à leur tour perdre du terrain.

    Mais le choix de la Chine, croissance ou environnement, renforcera ou atténuera la tendance baissière.

    Xi Jin Ping, conforté par le 19ème congrès, aura les mains plus libres pour imposer des fermetures de mines, d’usines ou d’élevages polluants, ce qui pourrait pousser la Chine à importer plus de viande, de métaux ou de charbon, un soutien potentiel pour les prix de ces produits.

    Autre facteur capital : le comportement du dollar.

    La plupart des matières premières s’achètent en dollar. Le billet vert « va-t-il poursuivre son affaiblissement contre toutes les autres monnaies y compris asiatiques ou profiter des hausses de taux de la Fed, anticipées en 2018 » ? Cyclope penche clairement pour l’affaiblissement de la monnaie américaine, après les baisses d’impôt décidées par Trump, qui creusent les déficits. Un dollar faible est un facteur de hausse pour les matières premières, particulièrement pour l’or et le pétrole. Cela pourrait compenser un peu l’abondance de certains produits. Un dollar faible avantagera aussi le blé américain par rapport au blé européen.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.