GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Lundi 19 Février
Aujourd'hui
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Iran: les autorités annoncent que l'épave d'un avion de ligne disparu a été localisée
    • Syrie: 100 civils tués en une journée dans les bombardements sur un fief rebelle (nouveau bilan ONG)
    • JO-2018-dopage: un joueur de hockey sur glace slovène a été contrôlé positif (Tribunal arbitral du sport)
    • France: près des trois quarts des fruits et 41% des légumes non bio portent des traces de pesticides quantifiables (Générations futures)
    • JO-2018-danse sur glace: les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir champions olympiques, les Français en argent devant les Etats-Unis
    • Un Japonais remporte le droit de garde de 13 enfants nés de mères porteuses en Thaïlande

    Acier: une convalescence fragile

    Des salariés de l'aciériste Ascometal lors d'un mouvement social en 2014 à Saint-Saulve, le site vient de fermer. (image d'archives) AFP PHOTO / BORIS HORVAT

    Entre suppressions d'emplois chez Ascométal en France et résultats mirobolants du géant mondial ArcelorMittal, l'actualité de l'acier est riche en informations contradictoires, en apparence. Cette industrie va mieux mais elle est toujours menacée par les surcapacités, chinoises mais aussi européennes.

    En 2017, ArcelorMittal a plus que doublé ses bénéfices : 4 milliards et demi de dollars. Oublié le plongeon d'il y a deux ans, 8 milliards de dollars de pertes. Les résultats du géant mondial de l'acier sont les meilleurs depuis la crise de 2008 ! L'industrie de l'acier va mieux. La demande mondiale s'est redressée grâce au redémarrage de l'industrie automobile. Les marges sont revenues avec l'embellie des prix, passés en un an de 300 à 585 dollars la tonne en Europe.

    Trop de capacités d’acier en Chine et en Europe

    Cette meilleure santé de l'acier est aussi due au coup de frein des exportations chinoises. La Chine a cessé d'inonder le marché mondial de ses excédents d'acier, Pékin a été frappé par des mesures anti-dumping en Europe et aux Etats-Unis. Les autorités chinoises ont également volontairement diminué la production nationale d'acier pour des raisons environnementales. Mais il reste en Chine d'énormes capacités inutilisées qui ne demandent qu'à repartir. C'est toujours une menace pour l'acier européen, reconnaît Aditya Mittal, le directeur Europe d'ArcelorMittal.

    Hauts fourneaux encore privilégiés

    Les surcapacités européennes sont également une menace. Les aciéries européennes tournent à 70% seulement de leurs capacités, « C'est insuffisant pour assurer un équilibre entre l'offre et la demande, juge le cabinet spécialisé Laplace conseil. Au moindre ralentissement les prix risquent de replonger. » D'autant que les États européens, pour protéger l'emploi, favorisent encore les hauts fourneaux qui fabriquent des produits longs d'acier utiles dans le bâtiment, qui lui, ne redémarre pas en Europe.

    Triste ironie ce sont les produits plats, les plus utiles aujourd'hui dans les biens de consommation, les moins polluants puisqu'ils recyclent de la ferraille plutôt que de brûler du minerai de fer et du charbon, ce sont ces aciéries électriques qui voient l'un de leurs sites fermer en France, à Saint-Saulve, décision du repreneur suisse d'Ascometal.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.