GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Elle pourrait annoncer le report du vote au Parlement sur l'accord de Brexit, prévu demain mardi. Theresa May a convoqué une conférence téléphonique avec tous ses ministres pour décider d'une nouvelle stratégie afin d'éviter une défaite spectaculaire demain (info RFI)

    Dernières infos

    L'Afrique se met au bitcoin

    Le Bitcoin, une crypto-monnaie essentiellement utilisée pour spéculer. En Afrique, comme en Europe et aux Etats-Unis, les utilisateurs rêvent d’un enrichissement facile et rapide. Photo : Reuters

    Les crypto-monnaies sont à la mode et l’Afrique s’y met elle aussi. Depuis octobre dernier, les Nigérians peuvent vendre et acheter des bitcoins via la plateforme Tanjalo crée à Lagos par un jeune informaticien TIM AKINBO. Les crypto-monnaies vont-elle faciliter le commerce intra africain ?

    Depuis octobre, les Nigérians peuvent acheter en quelques clics les fameux bitcoin, la crypto-monnaie la plus célèbre du monde. Tim Akinbo, créateur de la plateforme Tanjalo est convaincu que le Bitcoin va faciliter le commerce. Surtout dans des économies où la bancarisation est limitée.

    « Si je suis un homme d’affaires et que je veux vendre un produit via internet sur l’ensemble de la planète, c’est compliqué difficile pour moi de me faire payer. Donc c’est un défi intéressant qui, selon moi, peut être relevé grâce aux crypto-monnaies. »

    Mais en Afrique comme ailleurs, les banquiers sont sceptiques. Nanga Koné dirige DMBS, une société spécialisée dans le transfert d’argent. Pour lui, le bitcoin qui n’est garanti par aucun Etat et gagé sur aucune valeur, présente beaucoup trop de risques.

    « Alors aujourd'hui on peut posséder 10 000 dollars ou 10 000 euros en bitcoins, mais vous ne savez absolument pas pourquoi demain ça peut descendre à trois cents ! Vous n'avez aucune justification économique de la chose. A partir de ce moment-là, c'est trop risqué à mon goût. »

    Malgré l’extrême volatilité de la monnaie virtuelle, Tim Akinbo estime qu’elle permet de faire des économies.
    « C’est bien plus rapide, c’est beaucoup moins cher que par les circuits bancaires et cela dépend vraiment des sommes que vous traitez. Le bitcoin est pratique pour les sommes inférieures à 1000 dollars. »

    Manga Koné déconseille pour sa part le bitcoin pour les transferts d’argent.
    « Vous avez un client canadien qui vous donne de la crypto-monnaie pour un client en Côte d'Ivoire, du jour au lendemain vous avez 70% de variation. Et le client est perdant car généralement l'opérateur de transfert va toujours se protéger en disant qu'il transfère cette valeur-là à condition que le marché ne varie pas d'une certaine amplitude. »

    Tim Akinbo a pourtant noté qu’après la crise monétaire de 2016 au Nigéria, où le cours officiel du dollar différait du cours officieux, que les transferts de fonds en provenance de la diaspora ont eu recours au bitcoin.

    «  Les gens ont commencé à remarquer que s’ils utilisaient les bitcoin pour envoyer de l’argent au Nigéria, ils obtenaient un meilleur taux de change qu’en utilisant une société de transfert d’argent ou même le système bancaire traditionnel. »

    Malgré tout, selon Tim Akinbo les clients de Tanjalo utilisent principalement le bitcoin pour spéculer. Comme en Europe et aux Etats-Unis, les utilisateurs rêvent d’un enrichissement facile et rapide.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.