GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: Emmanuel Macron en Tunisie et au Sénégal

    Le président Emmanuel Macron et son homologue tunisien Beji Caid Essebsi à Tunis le 31 janvier 2018. REUTERS/Zoubeir Souissi

    Nouvelle tournée diplomatique du président français sur le continent. Emmanuel Macron est à Tunis, en visite d’Etat, depuis hier. Et à cette occasion, le quotidien tunisien La Presse publie un long entretien avec le président français. Entretien au cours duquel, il revient sur l’évolution de la coopération franco-tunisienne : « l’idée est de sortir des sentiers battus, affirme Emmanuel Macron, en fournissant un effort supplémentaire au moins dans trois domaines : la réduction des inégalités sociales et territoriales ; l’employabilité des jeunes, de l’appui à leur formation jusqu’à l’appui à leurs projets professionnels ; et un investissement accru dans les secteurs d’avenir dont, les énergies renouvelables et les nouvelles technologies. »

    En terre conquise !

    Ce soir, le président français sera à Dakar…

    « Macron, un Général en terre conquise », titre le quotidien Enquête.

    Enquête qui souligne le poids important de la France : « entre le Sénégal et la France, c’est 500 milliards de FCFA d’importations pour le premier contre 50 milliards d’exportations. 78 % des investissements directs étrangers viennent de l’Hexagone. Les entreprises françaises assurent un quart du PIB sénégalais et des recettes fiscales. Sans parler de l’influence culturelle. »

    Commentaire du quotidien dakarois : « Il est vrai que le pays de Marianne ne s’y trompe pas. Mal en point à l’échelle européenne et internationale, la terre de Senghor lui offre un asile économique. (…) La France était en perte de vitesse au Sénégal durant les 12 ans de Wade. Mais, relève Enquête, depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, il a été noté un retour en force de la France sur les grands chantiers de l’Etat. Les entreprises françaises se sont taillé la part du lion, depuis 2012. Dans tous les secteurs, le regain est ostensible. Le groupe Auchan, fraîchement débarqué, en est une parfaite illustration. »

    Néocolonialisme ?

    Changement de ton dans Walf Quotidien, autre journal sénégalais.

    A l’occasion de la visite du président français, Walf publie en effet deux tribunes au ton particulièrement incisif : la première est intitulée « non au néocolonialisme du président Macron » ; on peut y lire notamment cette phrase : « depuis votre installation à l’Elysée, la ligne de mire géopolitique de la France s’illustre dans la continuité du contrôle militaire et politique du continent africain et de la main mise sur nos abondantes ressources minières, pétrolières et halieutiques. »

    Et puis autre tribune publiée par Walf Quotidien, tribune également adressée à Emmanuel Macron et qui pointe cette fois, selon son auteur,   l’état désastreux du pays. Notamment sur le plan politique : « le Sénégal ressemble à une cocotte-minute, peut-on y lire, où tout peut exploser à tout moment, si le Président Macky Sall ne respecte pas les règles du jeu démocratique qui l’ont amené au pouvoir en 2012. Et tout semble aller dans le sens contraire au moment où il annonce déjà son futur score de 60 % à un an des élections (…). »

    Combattants éparpillés…

    Enfin, la RDC, avec cette charge du Potentiel, un an pile après la mort, en Belgique, du chef de l’opposition, Etienne Tshisekedi. Son corps n’a toujours pas été rapatrié…

    « Un mort oublié », s’insurge le quotidien kinois, « au point que la nation qu’il a servie de son vivant ne veut même pas lui réserver des funérailles à taille de son charisme. (…) Le prétexte de trouble à l’ordre public ayant trouvé réponse, poursuit Le Potentiel, le peuple congolais s’interroge aujourd’hui sur le blocage du processus de rapatriement de la dépouille de l’homme qui s’est battu toute sa vie pour le pays (…). Dans les rangs du pouvoir, pointe le quotidien congolais, on craint que le rapatriement de la dépouille du Sphinx de Limete draine les foules. Ce qui risquerait d’accréditer la thèse du désaveu d’un régime décadent, conclut le journal, qui ne jure que par son maintien, à n’importe quel prix. »

    Le site d’information congolais 7 sur 7 note pour sa part que deux messes seront dites ce jeudi à Kinshasa, en mémoire d’Étienne Tshisekedi. L’une à l’Eglise Notre Dame de Fatima à la Gombe, à l’initiative du Premier ministre, Bruno Tshibala, issu de l’UDPS, le parti de Tshisekedi. Et l’autre, à l’initiative du Rassemblement (de l’opposition), à la cathédrale Notre-Dame-du-Congo.

    Et il y aura même une troisième messe, note pour sa part le site Media Congo, à la paroisse Notre-Dame d’Afrique, à l’initiative de Valentin Mubake, une autre figure de l’UDPS. « L’UDPS morcelée, constate le site congolais, et ses combattants éparpillés. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.