GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    L'agenda culture Afrique du 4 au 10 février 2018

    Affiche du 9e festival «Rendez-vous chez nous», au Burkina Faso. Acmur

    Où sortir ce dimanche et la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures. Pour débuter, le lancement du la 9e édition du festival « Rendez-vous chez nous ».

    C’est un rendez-vous des arts de la rue qui, chaque année, rassemble des centaines d’artistes à Ouagadougou, mais aussi à Bobo Dioulasso, à Boromo et dans d’autres espaces du territoire burkinabè ; sans oublier une programmation partenaire à Bamako, au Mali. En tout et pour tout, c’est quasiment un mois de festivités, de spectacles et de concerts, mais aussi des temps de formation. Alors quand on parle d’arts de la rue, évidemment, il faut s’attendre à de grandes parades, des spectacles de marionnettes, des acrobates.

    A la programmation, vous retrouvez notamment les Grandes Personnes de Boromo. Ce sont des marionnettes géantes, fabriquées par des artistes et des artisans depuis le début des années 2000, qui font partie intégrante d’un spectacle de rue, avec des musiciens et des danseurs également. Elles se produiront pour commencer à l’orphelinat de Loumbila jeudi matin et sur la place des femmes en fin de journée.

    Le festival « Rendez-vous chez nous », c’est aussi une programmation musicale. Par exemple, vendredi prochain, place de la Femme, découvrez l’artiste burkinabè Nabalüm. Elle est auteur, compositrice et interprète. Elle vit aujourd’hui au Burkina Faso, mais c’est en Côte d’Ivoire, à Abidjan, qu’elle a grandi. Elle chante en français, en malinké et surtout en mooré.

    Sénégal : « De l’Est à l’Ouest » à la galerie Arte de Dakar

    Depuis ces premiers jours de février, et jusqu’au mois de mars, place à l’artiste Cheikh Keita à la galerie Arte de Dakar, avec son exposition intitulée « De l’Est à l’Ouest ». Cheikh Keita est un artiste sénégalais aux multiples talents d’une quarantaine d’années, né à Saint-Louis. Il peint, pour cette exposition, des scènes de vie avec des couleurs plutôt ocre, jaune et rouge. Il mélange souvent la peinture avec du goudron, ce qui donne une texture particulière à ses tableaux.

    Et pour celles et ceux dont le nom de l’artiste évoque quelque chose par ailleurs, sachez que c’est aussi le guitariste du groupe Takeifa. C’est un groupe de musique qu’il a constitué avec ses frères et sœurs. Ils ont sorti leur troisième album, Gass Giss, en juin dernier.

    Togo : le théâtre s’invite à l’Institut français de Lomé

    Les enfants hiboux ou les petites ombres de nuit, c’est le titre de cette création signée Basile Yawanke, comédien et metteur en scène, à voir mardi à 19 h, à l’Institut français de Lomé. Une création qui prend comme cadre une émission de télé-réalité où « à travers le partage de leurs expériences et parcours, des personnalités incitent le bas peuple à retrouver la voix des possibles. Mais un soir débarque un invité spécial. Un plasticien du nom de Harry Potter qui questionne son présent et son passé ».

    Basile Yawanke est le cofondateur de l’ensemble artistique fako, structure artistique togolaise, avec laquelle il présente ce spectacle mardi. Il a déjà été couronné de plusieurs prix pour son travail, que ce soit au Togo, au Bénin, et il sort d’une résidence artistique en France, à Limoges.

    Le Tunisien Sabry Mosbah sort son premier album

    Sabry Mosbah sort un premier album intitulé Asly (Mes racines). C’est le coup de cœur de la rédaction, évoqué dans le dernier numéro du magazine Afriscope, qui est toujours disponible et aussi consultable sur africultures.com. Pour cet album, Sabry Mosbah revisite son histoire tunisienne. Pour l’anecdote, il est le fils de Slah Mosbah, chanteur très populaire en Tunisie, et très investi dans les luttes antiracistes dans son pays.

    Dans Mes racines, Sabry Mosbah confie faire « le tour de tous les courants tunisiens, la musique soufi, la musique classique tunisienne, la hadra, le mezoued, c’est à dire le folklore en arabe ». Il a enregistré cet album entre Tunis et Paris, et le défend à Paris ce lundi sur scène à l’Alhambra.

    Toutes ces informations et bien d’autres rendez-vous et actualités culturels sont à retrouver sur votre site d’information Africultures.com.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.