GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: un centre d'hébergement pour réfugiés ouvre à Paris dans le XVIe, deux ans après un lieu dédié aux SDF (préfet de région)
    • Commerce aux Etats-Unis: Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier d'ici 2021 (Bloomberg News)
    • Commerce et échanges internationaux: les risques «s'intensifient» pour l'économie mondiale (OCDE)
    • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
    • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
    • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
    • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
    • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
    • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
    • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

    Usalama, une application pour envoyer un signal en cas de danger

    James Chegue et Marvin Makau, cofondateurs de l'application USALAMA. Sébastien NEMETH/RFI

    Le Kenya prouve une fois de plus qu'il est un des principaux centres d'innovation d'Afrique. De jeunes kenyans ont inventé Usalama, une application téléphonique capable d'envoyer, en cas de danger, des messages d'alarmes à des proches et services d'urgence pour obtenir du secours. Créée il y a un an, le programme a déjà sauvé des vies et souhaite s'élargir.

    Eux-mêmes victimes de la criminalité ou de la défaillance des services de secours, trois étudiants en informatique ont mis leur talent au service des personnes en détresse. James Chegue, cofondateur d’Usalama, énumère les exemples. « Quand j’étais enfant, j’ai eu une péritonite. Pendant 12 heures, j’ai souffert le martyre parce que je n’avais pas accès aux urgences. Notre collègue Edwin a été agressé près de l’université. Et il n’avait aucun moyen d’appeler à l’aide. Marvin a eu un accident de moto en ville. Il était blessé, mais ne pouvait pas obtenir d’ambulance. »

    Il constate que « les services, notamment publics, sont très défaillants. Ils existent, mais le problème c’est l’accès. 80 % des gens n’ont pas les contacts ou ne savent pas comment ils marchent. » Puis il surenchérit : « même si vous appelez, soit personne ne répond, soit ça prend des heures et elle arrive quand tout est fini. L’an dernier, il y a eu 75 000 agressions graves rapportées au Kenya. Dans seulement 40 % des cas, un service d’urgence est intervenu. », déplore-t-il.

    Un portable transformé en GPS

    Le programme est simple. Une fois activé, il suffit de baisser le bouton volume pendant 5 secondes ou de secouer le téléphone et d’appuyer sur un bouton, pour lancer un signal d’alarme à des proches ou aux services d’urgence partenaires. Le portable sert alors de GPS pour aider à vous localiser.

    « On a des options additionnelles », explique Marvin Makau, responsable financier. « Ce n’est pas qu’un simple bouton d’alerte. On y trouve aussi l’option "se déplacer avec moi". Si vous devez sortir tard, vous pouvez envoyer un signal à un ami qui lui permettra de voir vos déplacements jusqu’à ce que vous soyez rentré chez vous. Il y a aussi l’option minuteur. Vous donnez un compte à rebours. Si vous allez dans une zone dangereuse et si vous n’êtes pas rentré au bout d’un certain temps, cela envoie le message de détresse. Enfin vous avez l’identification de zone de danger. Usalama peut vous avertir si vous vous trouvez dans une zone dangereuse où le taux de criminalité est élevé. »

    Usalama téléchargé plus de 5000 fois

    Paul Ngiritu est fournisseur logistique. Il a installé le programme d’abord pour se protéger des terroristes shebabs, lorsqu’il transporte des marchandises près de la Somalie. Mais c’est finalement lors d’un braquage près de Nairobi que l’application l’a aidé.

    « J’ai pris 3 hommes en stop. Celui à côté a pointé une arme sur moi et celui derrière a sorti un couteau. Mais dans ma main droite, j’avais mon téléphone. J’ai appuyé sur le bouton d’urgence, mes proches ont reçu l’alerte, ils ont appelé la police qui a traqué mon véhicule. Les policiers ont encerclé la voiture. Les agresseurs ont tenté de fuir, une fusillade a éclaté et ils ont été tués », déclare-t-il.

    Usalama a été téléchargé près de 5 000 fois. Au Kenya, en Somalie, au Nigeria et en Afrique du Sud. L’entreprise cherche à embarquer le plus de partenaires possible pour multiplier les services de secours capables d’intervenir. Confrontés à la bureaucratie kényane, l’équipe n’a toutefois toujours pas convaincu la police nationale de s’associer au programme.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.