GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Aujourd'hui
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: Jacob Zuma une nouvelle fois sur la sellette

    Des membres de l’ANC devant le quartier général du parti, à Johannesburg, pour réclamer le départ du président Jacob Zuma, ce lundi 5 février 2018. MARCO LONGARI / AFP

    « Les cloches peuvent bien sonner aux oreilles du président Jacob Zuma, il continue à faire le sourd », relève le Mail & Guardian à Johannesburg. Le site d’information sud-africain qui note que Jacob Zuma sera une nouvelle fois la principale attraction médiatique ce mardi matin. Le chef de l’Etat préside en effet une conférence organisée dans un grand hôtel du Cap. Comme si de rien n’était…

    En effet, « Jacob Zuma doit encore faire face à une nouvelle motion de défiance  », relève Le Point Afrique. « Une motion déposée par le parti d’opposition des Combattants pour la liberté économique de la gauche radicale. Mis en cause dans plusieurs affaires de corruption, le chef de l’État a réussi jusque-là à repousser plusieurs votes de défiance, rappelle Le Point Afrique. Mais ses soutiens ont fondu depuis l’élection en décembre à la tête du Congrès national africain au pouvoir du vice-président Cyril Ramaphosa, dont les partisans plaident pour un départ de M. Zuma avant la fin de son mandat en 2019. (…) Pour rappel, le mandat du chef de l’État peut être écourté par sa démission, un vote de défiance au Parlement ou une procédure de destitution. Il peut aussi être rappelé par son parti. »

    Un fardeau bien encombrant…

    Et c’est bien ce qui pourrait se passer demain mercredi… « Rendez-vous crucial », en effet s’exclame Ledjely en Guinée, « à la veille du discours à la nation du président de la République. » Demain, donc, « les 80 cadres du parti fondé par Nelson Mandela se réunissent pour décider du maintien ou non du président Jacob Zuma à la tête du pays. Parce qu’on en est là. Certes, ce n’est pas encore la fin du deuxième mandat du président, mais il est devenu un fardeau dont il faut se débarrasser. Mêlé à plusieurs scandales, il passe pour le symbole de la corruption et d’une forme de perversion de la pratique politique. Aussi, au sein de l’ANC, en particulier depuis l’arrivée à la tête du parti de l’actuel vice-président, Cyril Ramaphosa, on est arrivé à une conclusion : le départ anticipé de Zuma est le sacrifice à consentir pour remettre le parti sur les rails. C’est le premier acte qui devrait rassurer de la capacité de nouvel exécutif du parti à incarner l’alternative qu’il prétend être. »

    Mais Zuma ne l’entend pas de cette oreille… « En attendant ce face à face avec les 80 membres du comité exécutif de son parti, Jacob Zuma reste droit dans ses bottes, constate Wakat Séra. Non seulement il tient à prononcer son discours de la Nation prévu pour le lendemain de son match épique avec des adversaires déterminés à négocier son départ, mais il refuse tout jet d’éponge avant la fin de son deuxième quinquennat constitutionnel qui devrait intervenir en 2019. Ainsi, le très controversé chef Zulu pourrait une fois de plus échapper à sa destitution toujours programmée mais jamais exécutée. » Et Wakat Séra de s’interroger : « comme le chat, Jacob Zuma aurait-il donc plusieurs vies ? »

    Le Tchad paralysé

    A lire, ce long article dans Le Monde Afrique sur la situation sociale au Tchad… « Alors que le Tchad est paralysé depuis fin janvier par une grève générale dans la fonction publique, les appels à manifester se multiplient, constate Le Monde Afrique. Une nouvelle marche pacifique dans les rues de N’Djamena et des autres grandes villes du pays est prévue, ce mardi, pour protester contre les coupes imposées au traitement des fonctionnaires, la hausse du prix des carburants et l’augmentation des frais de scolarité dans les universités. Un collectif d’artistes et d’associations de la société civile appelle pour sa part à faire d’après-demain 8 février un 'jeudi de la colère' pour, je cite, 'dire non à la gestion clanique, aux exactions des agents de l’ANS [Agence nationale de sécurité], à l’appauvrissement programmé de la majorité et à l’enrichissement insolent et hors normes de la minorité'. »

    Rien ne va plus entre Kinshasa et Bruxelles

    Enfin la crise diplomatique s’aggrave entre la RDC et la Belgique… La fréquence des vols de Brussels Airlines en direction de Kinshasa est réduite de 7 par semaine à 4 depuis lundi, rapporte le site d’information congolais Cas-Info.

    Qui plus est, rapporte cette fois Jeune Afrique, « Kinshasa a décidé hier lundi de fermer son consulat à Anvers, en Belgique, exigeant de Bruxelles de faire de même pour l'une de ses représentations consulaires dans le pays. (…) Depuis plusieurs mois, précise Jeune Afrique, la Belgique est considérée aux yeux des autorités congolaises comme l’État européen qui pilote la campagne en vue du maintien de la pression internationale contre le régime de Joseph Kabila. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.