GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
Aujourd'hui
Dimanche 25 Février
Lundi 26 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: Jacob Zuma s’accroche à son fauteuil

    Le président Jacob Zuma au sommet de l'UA, à Addis Abeba, en Ethiopie, le 28 janvier 2018. REUTERS/Tiksa Negeri

    Comme si de rien n’était… « Le président Jacob Zuma a semblé être d’humeur joviale, rapporte Le Mail & Guardian, tout sourire et en faisant un signe de la main aux journalistes alors qu’il quittait sa résidence officielle de Tuynhuis au Cap hier, où il a rencontré plusieurs ministres pour une réunion du cabinet. Tout cela en dépit des spéculations sur sa démission imminente… (…) Mardi soir, rappelle Le Mail & Guardian, le président Zuma et le président de l’ANC, Cyril Ramaphosa, ont eu des discussions sur son avenir en tant que chef de l’Etat et ont annulé une réunion spéciale du comité exécutif national du parti après une conversation jugée “fructueuse”. Mais le contenu de ces discussions n’a pas été révélé et aucun plan n’a été établi pour une transition du pouvoir, a affirmé un ministre, interrogé par le journal. “Il n’y a aucune décision sur une éventuelle démission du président, a-t-il déclaré, et il n’y a pas eu de discussions sur une éventuelle transition”. »

    L’ANC divisée

    Pourtant, une grande partie de la presse sud-africaine annonçait ces dernières 48 heures le départ imminent du président Zuma. Cette fameuse réunion de mardi soir entre Zuma et Ramaphosa était considérée comme le prélude à un départ du chef de l’Etat.

    En fait, explique Le Point Afrique, « l’ANC, profondément divisé sur le sort à réserver à l’encombrant Jacob Zuma, aurait pu accélérer le processus et décider dès avant-hier de forcer le président à la démission. Mais le scénario a été jugé humiliant pour le chef de l’État. L’ANC, au pouvoir depuis la fin du régime ségrégationniste de l’apartheid en 1994, se déchire depuis des semaines sur l’avenir du président Zuma, rappelle Le Point Afrique, empêtré dans des scandales. Les partisans du nouveau chef de l’ANC, Cyril Ramaphosa, élu en décembre, tentent de le pousser au plus vite vers la sortie, alors que se profilent les élections générales de 2019. Les pro-Zuma insistent, eux, pour que le président termine son second mandat. »

    Réunion « torpillée »

    Pour sa part, l’intéressé persiste et signe, donc : Zuma ne veut pas quitter le pouvoir… « Jacob Zuma n’est jamais aussi redoutable que lorsqu’il est en danger, relève Le Monde Afrique. Le président sud-africain, en quarante-huit heures, vient de neutraliser une nouvelle tentative pour le pousser à démissionner, alors que son pouvoir s’évapore lentement et que de nombreux scandales menacent de le voir terminer devant les tribunaux. Ce combat, combien de temps va-t-il encore pouvoir le mener ? L’Afrique du Sud a cru voir l’heure de sa chute approcher, pointe Le Monde Afrique, avec cette réunion d’urgence, hier, du Comité national exécutif de l’ANC. Il devait y être discuté du “rappel” du président, l’équivalent d’un ordre de démissionner, vingt-quatre heures avant un discours potentiellement catastrophique au Parlement sur l’état de la nation, prévu ce jeudi. Ce discours a finalement été reporté sine die par crainte de voir des bagarres éclater entre parlementaires pendant la séance. Mais cette réunion a été annulée. En réalité, torpillée, affirme Le Monde Afrique. Ses membres ne sont pas alignés sur une décision claire concernant le sort de Jacob Zuma. Ce dernier a beau être discrédité, en raison des multiples scandales, il n’est pas encore un homme seul. »

    Quand ?

    Finalement, pointe Aujourd’hui au Burkina, « la question n’est plus de savoir si oui ou non, le locataire du State House rendra le pouvoir, mais quand est-ce qu’il le rendra… Le report de son discours à la Nation initialement prévu pour ce jeudi et reporté sine die, une première dans ce pays, est un indicateur. Zuma a perdu tous les ressorts qui le faisaient rebondir », estime le quotidien burkinabé. Et Aujourd’hui de s’interroger : « quelles garanties son ex-compagnon, Cyril Ramaphosa, et l’ANC proposeront-ils au désormais perclus de la présidence ? Ce départ suffira-t-il à colmater les brèches du parti historique qui préside aux destinées du pays depuis 1994 ? Quelle vie après la présidence envisage Jacob Zuma ? Patientons quelques jours. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.