GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Défis des ressources en 2040: les Ivoiriens parmi les plus optimistes

    67% des Ivoiriens pensent que le pays aura la capacité dans les 20 prochaines années entre autres de garantir une alimentation suffisante en quantité et en qualité pour couvrir les besoins de chacun. Vue d'Abidjan, la capitale économique de Côte d'Ivoire. RFI /Matthieu Millecamps

    En 2040, il faudra nourrir, fournir de l'énergie et gérer les déchets de 2 milliards supplémentaires d'humains. Comment les habitants de la planète appréhendent-ils aujourd’hui ces défis ? L'institut Elabe a sondé les populations de 28 pays sur tous les continents. Et la Côte d'Ivoire se distingue par son optimisme.

    La Côte d'Ivoire fait le choix de l'espoir pour relever le défi des ressources de la planète d'ici 2040. C'est la conclusion d'un sondage effectué par le cabinet Elabe pour le compte de l’entreprise française Veolia, auprès de 14 000 personnes sur les cinq continents, dont 500 en Afrique du Sud, 500 au Maroc et 500 en Côte d'Ivoire. Les Ivoiriens, souligne Laurence Bedeau, directrice associée du cabinet Elabe, sont à la fois très lucides sur les insuffisances actuelles de gestion de leurs ressources, et confiants dans leur capacité à trouver des solutions. « 67% nous disent : notre pays aura les capacités dans les vingt prochaines années de réduire les pollutions de l'eau, de l'air et des sols, de garantir une alimentation suffisante en quantité et en qualité pour couvrir les besoins de chacun, et de répondre à la demande énergétique croissante. »

    Pessimisme en Amérique latine, peur de l’échec au Maroc

    Deux tiers des sondés sont donc optimistes en Côte d'Ivoire. L'Amérique latine est au contraire majoritairement pessimiste. Avec un sentiment d'urgence équivalent à celui qui est exprimé en Côte d'Ivoire, moins d'une personne sur deux interrogée de l'Argentine, au Brésil, et à la Colombie estime que son pays pourra relever le défi de la pollution. L’Afrique du Sud appartient à cette catégorie.

    Au Maroc, la peur de l'échec domine, comme dans les pays d'Europe de l'Est et d'Europe du Sud, mais aussi au Japon et en Corée du Sud. Dans tous ces pays c'est moins l'accès à l'énergie et à l'alimentation en quantité, qu'en qualité qui préoccupe, tout autant que la dégradation de l'environnement.

    Pari de la transformation des pays pétroliers, de l’Inde et de la Chine

    Les pays pétroliers comme l'Arabie saoudite font eux le pari de la transformation. Ils sont peu inquiets sur les ressources de demain : l'énergie on le comprend, mais même l'alimentation. Quant à la pollution ces pays font confiance aux solutions de rupture, comme la captation du CO2. Une foi dans le progrès qui caractérise encore plus nettement la Chine et l'Inde, où les personnes sondées minimisent les difficultés actuelles.

    Enfin une fois n'est pas coutume, la France affiche un optimisme prudent.

    La pollution et le développement des énergies renouvelables sont les principales préoccupations des Français, mais ils croient en leur capacité à valoriser les déchets à grande échelle.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.