GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La dégradation des terres dans la région des Plateaux au Togo

    Ayebou Gbenon, ingénieur agronome spécialisé en gestion durable des terres, enseignant-chercheur à l’université de Lomé. ©RFI/Sayouba Traoré

    Le Togo, comme de nombreux pays dans le monde, est confronté à un réel problème de forte dégradation des terres. Lié évidemment aux changements climatiques, le phénomène est davantage causé par l’activité humaine. Le Sénégal connaît un inquiétant problème de dégradation des terres. Environ 13% de celles-ci -sur lesquelles vivent 22% des 13 millions de Sénégalais- sont dégradées. C’est ce que révèle l’étude menée par l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpri) et le Centre allemand de recherche sur le développement (Zef), en partenariat avec l'Institut national de pédologique (Inp).

    Bien que les terres arables ne représentent que 14% de la superficie totale du Mali, l’agriculture reste la locomotive de son économie. Elle représente environ 40% du Produit national brut. Les effets conjugués de la perte de la fertilité avec des carences en phosphore, en potassium, soufre et une forte sensibilité à l’érosion éolienne et/ou hydrique, engendre chaque année, la perte de 3,5 à 5 millions d’ha de terres cultivées. Les pertes annuelles de productivité sont estimées à 6,5 de tonnes à l’hectare et, 26% des terres cultivées sont des sols marginaux.

    Globalement, la superficie des terres dégradées en Afrique de l'Ouest progresserait de 13% en 30 ans, soit une superficie égale à celle du Sénégal. Parmi elles, les superficies cultivables gravement dégradées progresseraient de 16%, soit une superficie supérieure à celle du Togo.

    Selon les chiffres avancés le ministère de l'Environnement, chaque année 4,14% des terres au plan national succombent au phénomène de la dégradation. Résultat 48% des terres sont dégradées, et les 52% sont en voie de dégradation. Mais, quand on parle de dégradation des terres au Togo, on pense plutôt aux régions de savane au Nord. Toutefois, des chercheurs ont mené des enquêtes dans le Canton d’Elavagnon et le Canton de Nyamassila, dans la Préfecture de l’Est -Mono, qui relève de la Région des Plateaux. Et là, ils ont découvert des signes avant-coureurs qui inquiètent.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.