GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Mai
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Aujourd'hui
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Royaume-Uni: le scandale Oxfam continue

    Le gouvernement britannique menace de mettre fin à sa coopération financière avec l’ONG Oxfam basée à Oxford. REUTERS/Peter Nicholls

    L’organisation humanitaire britannique Oxfam est accusée d’avoir couvert des faits de prostitution. Selon le quotidien britannique The Times, des employés d’Oxfam auraient engagé de jeunes prostituées en 2011 à Haïti au cours d’une mission consécutive au séisme qui avait ravagé le pays en 2010 et fait près de 300.000 morts. La ministre britannique du Développement international recevait hier, lundi, dans l'après-midi, les dirigeants de l’ONG pour éclaircir les faits. Précisions avec notre correspondante à Londres.

    avec notre correspondante à Londres,
     
    Alors cette affaire a été révélée vendredi par le journal The Times qui, dans son enquête, parle de faits de prostitution qui ont eu lieu en 2011 en Haïti alors que l’ONG avait créé une mission d’urgence pour venir en aide la population victime du séisme. C’est alors que des groupes de jeunes prostituées ont été invités par l’un des directeurs de mission pour des soirées libertines dans des maisons et des hôtels qui avaient été payés par l’ONG. Une source du journal parle même d’«orgie» avec des prostituées portant des T-shirts d’Oxfam.
     
    Oxfam avait lancé une enquête interne peu après les faits. Quatre personnes ont été licenciées et trois autres ont démissionné. Mais l’ONG est accusée d’avoir dissimulé certains détails importants pour ne pas dévoiler l’ampleur de la situation. Le rapport, qui avait été présenté à la Charity Commission, l’organisme britannique de contrôle des associations humanitaires, ne mentionnait pas le fait que les victimes étaient des bénéficiaires directes de l’aide proposée par l’ONG et qu’il était probable que des mineures aient pu rejoindre ce cercle de prostitution.

    Le gouvernement britannique fait preuve de sévérité sur cette affaire

    L’une des premières conséquences de ce scandale a été la démission de la directrice générale adjointe d’Oxfam: Penny Lawrence a annoncé lundi après-midi sa démission. Elle a expliqué dans un communiqué qu’en tant que directrice du programme en Haïti à l’époque, elle prenait l’entière responsabilité de ces faits et disait se sentir honteuse que de tels actes se soient déroulés sous sa direction.

    Du côté du gouvernement, la Première ministre britannique Theresa May a promis une tolérance zéro envers les organisations humanitaires qui se soustraient aux règles d’éthiques.
     
    Penny Mordaunt, la ministre en charge du Développement international a également menacé de mettre un terme au financement d’Oxfam qui perçoit actuellement près de 35 millions d’euros par an du gouvernement britannique. La Commission européenne se dit elle aussi prête à cesser sa participation financière si les dirigeants d’Oxfam ne clarifient pas au plus vite l’implication de certains de ses employés dans ce scandale sexuel.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.