GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le Kosovo fête sa première décennie d'indépendance

    Deux hommes discutent devant le drapeau du Kosovo. AFP/Armend Nimani

    Le Kosovo célèbre ce week-end le dixième anniversaire de son indépendance, proclamée le 17 février 2008, dans un pays rongé par la corruption et un chômage massif, sans perspective de développement économique. Du coup, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête.

    Le Kosovo est toujours au milieu du gué. Il est aujourd’hui reconnu par 116 Etats à travers le monde, la dernière reconnaissance étant celle de la Barbade, annoncée avant-hier, mais il n’est toujours pas membre des Nations unies ni du Conseil de l’Europe. Cinq Etats membres de l’Union européenne ne reconnaissent toujours pas son indépendance, et l’Espagne a même récemment demandé qu’il ne soit pas mentionné dans la nouvelle « stratégie européenne pour les Balkans occidentaux ». La perspective européenne demeure toujours extrêmement aléatoire, alors que le pays est le dernier des Balkans à être assujetti au régime des visas pour l’espace Schengen. Le Kosovo est aussi le pays le plus pauvre des Balkans occidentaux, avec un PNB qui atteint difficilement 3 200 euros par an, à peine un cinquième de la moyenne européenne. Le Kosovo ne produit aucune richesse et survit toujours en bonne part grâce aux transferts d’argent de la diaspora, tandis que les investissements étrangers, tant attendus, ne se sont jamais concrétisés. Le pays, toujours placé sous une tutelle internationale qui ne dit pas son nom, est mis en coupe réglée par une classe politique qui tire sa légitimité de la guerre. Celle-ci a néanmoins largement perdu tout crédit aux yeux de la majorité des citoyens. Dans ces conditions, l’exode apparaît comme la seule perspective d’avenir pour beaucoup de citoyens et ce sont, comme toujours, les jeunes diplômés qui sont les premiers à s’en aller, pour tenter de construire leur vie en Europe occidentale ou sous d’autres cieux plus cléments.

    Une identité kosovare affirmée ?

    Les Serbes, qui vivent dans des enclaves disséminés à travers le pays ou dans le secteur nord, contigu à la Serbie, ne considèrent toujours pas le Kosovo comme leur pays, tout comme les différentes minorités, les Roms, les Turcs ou les Bosniaques du Kosovo, qui sont toujours victimes de nombreuses discriminations malgré les droits qui leur sont formellement garantis par la Constitution. Pour leur part, les Albanais, majoritaires, continuent de se sentir avant tout Albanais. Il suffit de parcourir les routes du pays, pavoisées en prévision de l’anniversaire de l’indépendance : les drapeaux albanais sont bien plus nombreux que les bannières du Kosovo. Mardi dernier, une scène rocambolesque s’est même produite : le gouvernement avait ordonné que le grand drapeau albanais qui flottait à l’entrée de la capitale Pristina soit remplacé par un drapeau kosovar, mais, arrivés sur place, les services techniques ont constaté que la bannière qu’ils pensaient lever avait été volée dans leur propre camion…

    Malgré tout cela, le Kosovo va célébrer son indépendance

    Malgré toutes ces difficultés, l’existence d’un Etat du Kosovo représente une promesse de liberté pour les Albanais, et c’est cette liberté retrouvée après la guerre de 1999 qu’ils vont fêter ce week-end. L’essentiel se passera dans les rues de Pristina, avec un grand concert samedi soir, et la participation attendue de Rita Ora, la vedette pop britannique originaire du Kosovo. En revanche, un changement de programme de dernière minute a décalé de samedi à dimanche les célébrations officielles et le défilé militaire. Il semble en effet que les autorités du Kosovo aient eu beaucoup de mal à faire venir quelques invités internationaux de prestige, à même de donner un peu de relief à ce dixième anniversaire.


    Sur le même sujet

    • Kosovo

      Kosovo: 10 ans d’indépendance inachevée

      En savoir plus

    • Kosovo

      Dix ans d’indépendance: comment peut-on être Kosovar?

      En savoir plus

    • Kosovo

      [Vidéo] Kosovo: la station de ski qui rassemble Albanais et Serbes

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.