GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
    • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
    • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
    • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
    • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
    • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
    • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

    L’agenda culturel africain du 18 au 24 février 2018

    Touria El Glaoui. ©1.54.com

    Où sortir aujourd’hui et la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain, c’est avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures.

    La foire d’art contemporain 1:54, installée à Londres et à New York, prend ses quartiers sur le continent africain, au Maroc.

    C’est une Marocaine qui a créé cette foire d’art contemporain africain devenue incontournable. Elle s’appelle Touria El Glaoui et c’est d’abord à Londres en 2012 qu’elle a lancé ce pari : « Exposer des œuvres d’artistes africains contemporains représentés par des dizaines de galeries venant de tout le continent ». Puis elle s’est installée à New York. Avant de proposer une édition marocaine : la première se passe à Marrakech le week-end prochain. Marrakech ville de naissance de son père, lui-même artiste peintre, Hassan El Glaoui.

    Au total : 17 galeries de 9 pays différents exposeront les œuvres d’une soixantaine d’artistes. Et comme c’est le cas depuis la naissance de cette foire, des galeries et artistes des 4 coins du continent africain et des diasporas seront représentés, dans une optique de vraiment casser les frontières, notamment entre le marché de l’art francophone et anglophone. Notons la présence des galeries ivoiriennes : Cécile Fakhoury et Louis Simone Guirandou Gallery, de plusieurs galeries marocaines évidemment, de la galerie Art Twenty One du Nigeria.

    Parmi les artistes représentées, il y a par exemple l’Ivoirienne, Johanna Choumali qui expose des photographies recouvertes de broderies. Un travail sur la résilience suite au terrible attentat qui a lieu à Grand Bassam en 2016. Dalila Dalleas Bouzar. Nous lui consacrons une longue interview sur africultures.com que je vous invite à aller découvrir.

    Le travail de l’artiste congolais décédé en 2015 Kiripi Katembo est également à l’honneur. Un travail remarqué et remarquable, très poétique, à partir de reflets de scènes de vies dans des flaques d’eau notamment.

    Une belle sélection de galeries et d’artistes, ça se passe à Marrakech le week-end prochain.

    Voilà pour le « In » de cette foire internationale, mais il y a aussi un « Off ».

    Un « Off » qui se déroule notamment au Riad « Les Yeux Bleus ». Entrez dans ce lieu et découvrez la belle sélection de Little Africa et du collectif artistique Des Gosses. Plus d’une dizaine d’artistes de France, du Maroc, d’Angleterre, du Nigéria sont représentées.

    Coup de projecteur ce matin sur Fred Ebami, artiste classé « pop art ». Ce graphiste-designer propose des œuvres faits de collages, de couleurs, de jeux de mots. Fred Ebami est né et a grandi au Cameroun, il a réalisé plusieurs portraits de couverture de notre magazine papier Afriscope, il est également l’auteur de plusieurs contenus sur africultures.com.

    De l’art et de la boxe : ça se passe à Niamey.

    C’est un projet pour le moins surprenant au premier abord : une collaboration entre le centre culturel franco-nigérien Jean Rouch et le boxing club de Niamey : ce qui donne naissance à une exposition signée photographe Dwen et le plasticien Régis R, tous les deux français : Everlost autour de la boxe au Burkina Faso et au Mali. Le vernissage de l’exposition a lieu vendredi 23 février.

    Le projet c’est aussi la diffusion du film de Linda Diatta, réalisatrice nigériane, qui a tourné à Haïti. Un documentaire qui retrace la vie d’un jeune boxeur dans le plus grand bidonville du pays : Cité soleil.

    Et le lendemain, samedi, ce projet de Niamey Boxing Club se décline cette fois en pièce de théâtre, avec l’adaptation d’un texte du dramaturge Koffi Kwahulé, « Cette vieille magie noire », en slam avec le collectif Plumes du Sahel qui se produiront, le temps entremêlé avec des démonstrations de boxe par des boxeurs de Niamey et de musique avec un DJ pour cette soirée. Une création originale à ne pas manquer les 23 et 24 février à Niamey.

    Présentation du nouvel album de Femi Kuti.

    Le titre s’appelle One people One World, du nom du 10e album de l’artiste
    nigérian et qui sort vendredi 23 février. Avec un premier titre clairement pacifiste.

    Femi Kuti est musicien, chanteur, il est le fils du père de l’afrobeat. Fela Kuti dirige The Shrine, un haut lieu de l’afrobeat, hommage à son père, à Lagos.

    Tous ces rendez-vous et bien d’autres, sont à retrouver sur votre site Africultures.com.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.