GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    République tchèque: les démêlés judiciaires d'Andrej Babis n'entament pas sa popularité

    Andrej Babis le 23 octobre 2017. REUTERS/David W Cerny

    Le Premier ministre tchèque Andrej Babis cumule ces derniers temps les soucis avec la justice. Dernier épisode en date : la confirmation par les juges, la semaine dernière, de son appartenance à la police secrète sous le régime communiste. Un nouveau coup dur pour le chef du gouvernement, qui n’envisage pas de démissionner pour autant.

    Andrej Babis continue de clamer son innocence, mais les juges de son pays d’origine, la Slovaquie, estiment que si son nom figure sur la liste des agents de la StB, l’ancienne police politique, c’est qu’il a bien collaboré   et il portait d’ailleurs à l’époque le pseudonyme « Bures » sur cette liste. Cette décision de justice n’est pas vraiment étonnante pour les historiens, au vu du parcours du jeune homme à l’époque, membre du parti communiste et autorisé à faire de longs séjours à l’étranger, au Maroc et en Suisse notamment, alors que les frontières du pays étaient encore hermétiquement fermées. Malgré tout, Andrej Babis n’envisage pas de démissionner pour autant et s’est dit prêt à porter à nouveau cette affaire devant les tribunaux pour blanchir son nom.

    Déjà plusieurs affaires pouvant compromettre son avenir

    C’est d’abord une affaire de fraude aux subventions européennes qui a récemment entrainé la levée de l’immunité parlementaire de cet homme richissime, fondateur d’un empire agrochimique dans les années 90. Là encore, Andrej Babis clame son innocence et crie à la machination, mais l’Office européen de lutte contre les fraudes (Olaf) a relevé dans un rapport plusieurs points qui ont mis à mal une défense maladroite. Cette affaire et la récente confirmation de son passé trouble s’additionnent, d’autant qu’il n’a toujours pas réussi à obtenir la confiance du Parlement pour gouverner.

    Andrej Babis, personnalité politique préférée des Tchèques

    Le pays se porte bien économiquement, beaucoup d’électeurs ont de l’admiration pour le businessman qui a réussi et aussi parce qu’il n’a pas vraiment de rival à sa hauteur après l’effondrement des partis traditionnels. A Prague, il n'y a aucun leader charismatique à l’horizon... De plus, sa communication est appuyée par les médias dont il est devenu propriétaire au moment de son entrée en politique, notamment deux des plus grands quotidiens du pays. Enfin, parce qu’il a trouvé un allié de circonstance en la personne du président Milos Zeman, avec lequel il forme un duo improbable au sommet de l’Etat et qui lui permet de continuer à négocier la formation d’un gouvernement, malgré ses ennuis judiciaires.


    Sur le même sujet

    • République tchèque

      République tchèque: le président Milos Zeman réélu

      En savoir plus

    • Débat du jour

      La présidentielle peut-elle ancrer la République Tchèque dans l'Europe?

      En savoir plus

    • Européen de la semaine

      République Tchèque:Milos Zeman, ancien Premier ministre, favori de la présidentielle

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.