GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le sésame, graine miracle du Nigeria

    Le Nigeria a produit, sur la dernière saison, 700000 tonnes de sésame, et il en exporte 90%. Getty Images/Dan Goldberg

    C'est la deuxième source de revenus d'exportations agricoles du Nigeria, après le cacao. Le sésame connaît un véritable boum de production encouragé par les autorités d'Abuja. Encouragé aussi par la vogue du sésame dans les cuisines du monde entier.

    Le Nigeria parie sur le sésame. La production a augmenté de 40% sur cette campagne pour atteindre 700 000 tonnes, estime l'Association nationale de la graine de sésame du Nigeria. C'est le fruit d'une politique volontariste de la part des autorités d'Abuja : un plan sur cinq ans de 5 milliards de nairas, l'équivalent de 14 millions d'euros, pour fournir des semences améliorées de sésame et augmenter le nombre d'exploitations.

    Exporté à 90%

    Le géant d'Afrique de l'Ouest veut sortir du tout pétrole, les autorités nigérianes encouragent une diversification de l'économie qui passe en grande partie par l'agriculture. Non seulement pour développer l'autosuffisance alimentaire, mais pour tirer des revenus d'exportation. Or le sésame est exporté à 90%.

    20% de hausse du prix au producteur

    Et c'est une petite graine qui rapporte gros. Une aubaine dans les Etats pauvres et secs du nord du Nigeria où le sésame est majoritairement cultivé. Le prix au producteur a progressé de 20% rien qu'en janvier dernier, il atteint 275 000 nairas la tonne de graines, soit 770 dollars. Le prix international au port de Lagos atteint 1 230 dollars contre 750 dollars au début de l'année dernière. Il faut dire que si l’Ethiopie et le Soudan demeurent des concurrents redoutables du Nigeria, la Tanzanie a moins produit de même que le Mozambique et l'Inde, numéro un mondial.

    Vogue mondiale pour l’aliment santé

    Le Nigeria surfe aussi sur la vogue, mondiale désormais, du sésame. Le Japon demeure le premier client du sésame nigérian, devant la Turquie et la Chine. Le sésame y est utilisé en graine, en huile ou en purée dans les plats, salés et sucrés - on pense au nougat, aux sushis, au halwa, au houmous...

    Mais désormais en Occident on goûte aussi la saveur prononcée de noisette du sésame, qu'il soit marron ou blanc, c'est-à-dire décortiqué, ou noir, une autre variété plus forte en goût. Surtout, on a découvert les vertus pour la santé de cette graine : source de protéines, de fibres, d'oméga 6, d'antioxydants. La consommation dans le monde progresse de 12%, en Europe de 4%, les boulangers en mettent jusque sur le pain.

    Le Nigeria veut profiter de cet engouement. De 700 000 tonnes il voudrait passer à 2 millions de tonnes en 2022, et développer la transformation locale en faisant appel aux investisseurs. Les groupes asiatiques Olam et Wilmar sont sur les rangs.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le sésame reste une culture rémunératrice en Afrique de l’Ouest

      En savoir plus

    • Chronique Agriculture et Pêche

      Développement de la culture du sésame au Burkina Faso

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.