GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    La Suisse attend son référendum sur son audiovisuel public

    La tour de la Radio Télévision Suisse (RTS) à Genève en avril 2017. La RTS fait partie des cinq groupes de radio et télévision publics suisses. AFP Photos/Fabrice COFFRINI

    La Suisse s'apprête à voter le 4 mars dans un référendum pour ou contre la redevance audiovisuelle. Cette votation menace directement le groupe radio télévision suisse publique, la SSR, dépendant de ces financements.

    Même si les sondages semblent plutôt aller vers un rejet du « No billag », ce mouvement en faveur de la suppression de la redevance, c’est tout l’avenir de l’édifice médiatique suisse qui va se jouer dimanche 4 mars. Un mouvement qui en dit long sur la fragilité des services audiovisuels publics en Europe même si personne n’a jusqu’à présent été aussi loin que les jeunes de l’Union démocratique du centre, à l’origine de cette votation, et le parti libéral radical. Leur argumentation est simple : si vraiment la Suisse est une confédération d’inspiration libérale, elle ne peut accepter que soit imposée une contribution de 387 euros par an et par ménage, soit la redevance la plus élevée d’Europe, loin des 216 euros de l’Allemagne ou des 138 de la France. Il faut donc que les citoyens aient le libre choix de financer un service public jugé d’une taille démesurée avec ses 17 stations de radio et ses 6 chaînes de télévision dans toutes les langues du pays.

    Leurs solutions de financement alternatif paraissent néanmoins très incertaines. Pour financer la RTS, la Radio Télévision Suisse, du groupe SSR, ils préconisent des abonnements volontaires, une hausse des recettes publicitaires ou encore des formules de soutien à certaines émissions. Ce à quoi la RTS répond qu’il n’y a en réalité pas de « plan B », car tous ces mécanismes de soutien sont en réalité très aléatoires : ils ne permettraient pas de sauver la télévision et la radio publiques, qui dépendent à 75% de la redevance, et un prélèvement publicitaire plus important aurait pour double conséquence d’affaiblir la presse et d’en finir avec l’indépendance des émissions d’information par rapport aux influences économiques et politiques.

    De cette consultation, quelle qu’en soit l’issue, la SSR et ses 1,4 milliard d’euros de budget ne sortiront pas indemnes. La ministre de la Communication Doris Leuthard a d’ores et déjà annoncé que même si le « No billag » était rejeté, une réforme serait engagée pour réduire la redevance de 70 euros, pour plafonner la part de la SSR et pour refondre les missions de service public afin que cette redevance aille davantage vers l’information par exemple que vers le divertissement. Une refonte que suivra sans doute avec intérêt le gouvernement français qui demande que soient redéfinies les missions de l’audiovisuel public et l’organisation de ses entreprises. Si la ministre de la Culture Françoise Nyssen exclut pour l’heure une fusion sur le modèle de la BBC, elle a déjà fait savoir qu’elle souhaitait une présidence unique et des rapprochements afin de mieux justifier de l’emploi de l’argent public.


    Sur le même sujet

    • Atelier des médias

      Émotions de journalistes

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Serbie: un correspondant de RFI échappe de peu à l'expulsion du pays

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Au Portugal, le Sporting boycotte les médias

      En savoir plus

    • Atelier des médias

      Les sans pagEs féminisent Wikipédia

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Turquie: un an de détention pour le journaliste germano-turc Deniz Yücel

      En savoir plus

    • Chronique des médias

      L’audiovisuel public français en pleine refonte

      En savoir plus

    • France: l’info continue en gilet jaune

      France: l’info continue en gilet jaune

      C'est l'acte IV de la mobilisation des gilets jaunes ce samedi 8 décembre. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a mis en garde à propos …

    • Les médias français face aux gilets jaunes

      Les médias français face aux gilets jaunes

      Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de la couverture médiatique du mouvement des Gilets jaunes qui semble assez contestée par les manifestants eux-mêmes.

    • La culture pour tous

      La culture pour tous

      Culture Prime, la nouvelle offre culturelle numérique développée par les entreprises audiovisuelles publique est un média social culturel …

    • Un journalisme immergé dans la technologie

      Un journalisme immergé dans la technologie

      Le journalisme s'arrime de plus en plus à la technologie et à la donnée. C'est l'un des thèmes des Assises du journalisme qui …

    • Des voix de l’Internet emprisonnées en Algérie

      Des voix de l’Internet emprisonnées en Algérie

      Nous parlons avec vous, Amaury de Rochegonde, de la situation des journalistes et des blogueurs en Algérie, où Abdelaziz Bouteflika brigue un cinquième …

    • La couverture interdite de la guerre au Yémen

      La couverture interdite de la guerre au Yémen

      Combien de morts la guerre, que mène l’Arabie saoudite au Yémen depuis mars 2015, a-t-elle provoqué ? 10 000, comme on le lit ou …

    • Pourquoi Kretinsky s’intéresse au «Monde»

      Pourquoi Kretinsky s’intéresse au «Monde»

      Cette semaine dans la Chronique des médias, retour sur l’industriel tchèque Daniel Kretinsky qui vient de prendre un part minoritaire dans le capital …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.