GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Transparency: «il y a des avancées significatives» au Sénégal et en Côte d'Ivoire

    La carte de la perception de la corrpution dans le monde en 2017 par Transparency International Capture d'écran : Transparency International

    L’ONG Transparency International a publié ce mercredi 21 février 2018 son Index annuel sur la Perception de la Corruption dans le monde en 2017. 180 pays et territoires y sont classés selon leur niveau perçu de corruption. Un classement établi sur la base d’appréciations d’experts des secteurs privés et publics. Samuel Kaninda, coordinateur de Transparency International en l’Afrique de l’Ouest nous explique où en est le continent africain.

    Samuel Kaninda: Il n’y a pas de progrès majeurs. Les pays qui sont toujours bien quottés, le sont toujours, à l’exemple du Botswana, des Seychelles et du Rwanda, et nous avons ceux qui sont au bas de l’échelle en termes de note, mais aussi de classement, comme la Somalie et les pays qui sont en conflit et qui sont toujours mal quottés parce que la situation ne s’est pas améliorée.

    RFI: Vous notez quand même certains progrès dans des pays comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Est-ce que ce sont des progrès significatifs ?

    Si on les étend sur une période plus longue, allant de 2012 pour le Sénégal ou de 2013 pour la Côte d’Ivoire, on peut dire qu’il y a eu des avancées significatives. Pour le cas de la Côte d’Ivoire – et je crois que ce même cas s’applique aux deux pays – un certain nombre de mesures ont été prises pour lutter efficacement contre la corruption. Ainsi, au Sénégal il y a un ministère de la bonne gouvernance et un Office de lutte contre la corruption. Au niveau de la Côte d’Ivoire, il y a également une Haute Autorité de bonne gouvernance.

    Nous disons par conséquent qu’il y a eu un leadership affiché au niveau chefs d’Etat de ces deux pays et c’est comme ça que, dans le temps, on peut observer cette évolution positive. Nous devons souligner qu’un investissement dans le temps a besoin de ce leadership au plus haut niveau de l’Etat qui va en fait se manifester par les moyens mis à la disposition des institutions de lutte contre la corruption et assurer une indépendance du système judiciaire. En effet, en termes de répression de la corruption, c’est le système judiciaire qui est aussi, dirions-nous, la pierre angulaire de l’Etat de droit.

    Il y a des progrès mais cela demeure insuffisant. Nous avons eu des cas emblématiques comme au Sénégal, avec l’ancien ministre et aussi fils de l’ancien chef de l’Etat sénégalais, Monsieur Karim Wade ou encore le cas actuel du maire de Dakar mais nous estimons qu’il y a encore des progrès à faire au-delà de ces cas emblématiques.

    Dans le cas de la Côte d’Ivoire il y a aussi besoin, surtout au niveau de la passation de marchés, de s’assurer que les cas, par exemple, de marchés qui se font de gré à gré soient réduits et qu’il y ait plus d’efforts qui soient menés dans ce sens.

     L’important, c’est que les citoyens aient le sentiment que la gouvernance de leur pays profite à leur bien-être, dans le temps.

    Des acteurs de la société civile disent que souvent, même lorsque sont mises en place des institutions de lutte contre la corruption, eh bien ces institutions sont, en quelque sorte, instrumentalisées à des fins politiques pour éliminer des opposants ou pour servir les intérêts des partis ou des personnes au pouvoir. Est-ce que ce sont des faits ou bien des problématiques qui vous sont rapportés à Transparency International ?

    Absolument. Dans bon nombre de pays en Afrique - surtout, encore une fois, en Afrique de l’Ouest, voire du Centre - les institutions chargées de la lutte contre la corruption ne jouissent pas toujours d’une indépendance de l’exécutif. Ces institutions émargent des budgets, soit de la présidence de la République soit d’autres institutions comme la justice, ce qui fait qu’elles ne sont pas toujours aussi efficaces qu’on le voudrait. Par exemple, au Niger où la Haute Autorité de lutte contre la corruption et infractions assimilées répond à la présidence de la République, eh bien elle ne peut pas toujours avancer sur certains cas. Nous avons aussi la Côte d’Ivoire où la Haute Autorité pour la bonne gouvernance n’a pas forcément cette indépendance totale.

    Il ne s’agit pas d’un jugement sur la compétence de ceux qui animent ces institutions mais il faudrait que les résultats soient au rendez-vous car en effet, en l’absence de la rencontre de tous ces critères, il serait difficile de renverser le constat qui nous avons fait à savoir que nous avons des lois ainsi que des institutions mais les citoyens ne sentent pas que la corruption connaît un recul dans les faits.

    Pour répondre à cette problématique ou à ce défi, vous préconisez un renforcement du rôle des sociétés civiles ou en tout cas des citoyens, dans la lutte contre la corruption.

    Nous estimons que la lutte contre la corruption n’est pas le seul apanage des pouvoirs publics. Les sociétés qui sont mieux quottées et donc perçues comme les moins corrompues et les plus intègres, sont des sociétés où il y a cette transparence et où les citoyens peuvent avoir accès à l’information et, le cas échéant, demander des comptes à leurs responsables publics, à tous les niveaux de l’Etat.

    Le fait que chaque citoyen puisse avoir accès à l’information et soit en mesure de demander des comptes à son conseiller municipal, aux responsables et même aux administratifs des municipalités, nous pensons que cela pourrait faire reculer considérablement les cas de corruption et même faire en sorte que, ceux qui voudraient s’engager dans des pratiques de corruption y réfléchisse à deux fois, parce qu’il y aurait toujours une société civile vigilante qui pourrait, à tout moment, dénoncer et obtenir des comptes.


    Sur le même sujet

    • Madagascar

      Lutte contre la corruption: Madagascar encore en recul

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Quand les jeunes Nigérians aident les Gambiens à lutter contre la corruption

      En savoir plus

    • Invité de la mi-journée

      Enquête pour corruption sur Netanyahu

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      Vera Songwe: en Afrique, la corruption est «un cancer pour le continent»

      En savoir plus

    • Décryptage

      Afrique de l’Ouest: quel lien entre la corruption et le développement économique?

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Pétrole et corruption au Congo: une vidéo accable le négociant Gunvor

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.