GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La tension monte entre les Pays-Bas et la Turquie

    Un homme lit le journal pro-gouvernemental Akit avec en première page un titre intitulé « Cinq bâtards au parlement hollandais ! », le 25 février 2018 à Istanbul. AFP/Yasin Akgul

    Rien ne va plus entre les Pays-Bas et la Turquie. En cause, la reconnaissance du génocide arménien par les députés néerlandais. Certains élus, d'origine turque, ont même été qualifiés de « traitres ». En écho, les protestations se multiplient aux Pays-Bas.

    « Bas les pattes, laissez nos députés tranquilles, la liberté d’expression est inattaquable aux Pays-Bas. », voici le ton général du communiqué émis ce mercredi par les présidents de trois partis néerlandais, écologistes, libéraux et extrême gauche. Ce communiqué fait écho aux déclarations de la présidente de la deuxième chambre des Etats-généraux, la chambre basse du parlement batave : elle avait estimé le 27 février qu’il était inacceptable de voir des députés traînés dans la boue à l’étranger.

    Les députés en question sont cinq membres des partis signataires du communiqué, cinq députés néerlandais d’origine turque, trois femmes et deux hommes. Ils ont été cités nommément, photo à l’appui, dans plusieurs médias en Turquie, des journaux et un site internet, des médias proches de l’AKP, le parti du président turc Reçep Tayyip Erdogan. Tous les cinq sont accusés d’être des dégénérés oublieux de leurs origines et des traîtres à la mère-partie, c’est-à-dire la Turquie.

    Le 22 février, la deuxième chambre des Etats-généraux aux Pays-Bas a adopté une motion reconnaissant officiellement pour la première fois aux Pays-Bas le caractère génocidaire des massacres qui ont vu la mort d’un million et demi d’Arméniens sous le régime ottoman. La motion a été adoptée par la quasi totalité des députés et les seuls à avoir voté contre sont tous les trois d’origine turque et membres d’un parti critiqué pour son communautarisme.

    L’un de ces trois députés s’était d’ailleurs attiré de nombreuses critiques en appelant la veille du vote les autres députés d’origine turque à choisir leur camp. Et la Turquie avait elle aussi réagi en convoquant le chargé d’affaires néerlandais à Ankara pour lui faire part de son mécontentement. Le chargé d’affaires, car même si les relations diplomatiques sont officiellement maintenues, les deux pays n’ont plus d’ambassadeurs l’un chez l’autre.

    Les tensions diplomatiques sont nées à l’occasion du référendum constitutionnel turc d’avril dernier. Lors de la campagne pour ce référendum destiné à accroître les pouvoirs du président turc, le ministre des Affaires étrangères turc s’était vu refuser par le gouvernement batave de venir tenir un meeting électoral aux Pays-Bas, car la communauté turque néerlandaise avait été appelée à se déplacer en masse, une communauté de près d’un demi-million de personnes. La ministre turque de la Famille s’était vue ensuite interdire l’accès par la police au consulat turc de Rotterdam.

    Depuis, la Turquie exige des excuses de la part du gouvernement batave. Et même si le gouvernement affirme que ces tensions sont insignifiantes en regard de quatre cents ans de relations diplomatiques avec la Turquie, l’ambassadeur néerlandais à Ankara est depuis deux semaines définitivement rappelé aux Pays-Bas alors qu’il y était persona non grata en Turquie depuis près d’un an.


    Sur le même sujet

    • Pays-Bas

      Les députés néerlandais votent la reconnaissance du génocide arménien

      En savoir plus

    • Syrie

      Syrie: trois combattants occidentaux décédés aux côtés des forces kurdes

      En savoir plus

    • Pays-Bas / Turquie

      Les Pays-Bas annoncent le retrait de leur ambassadeur à Ankara

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.