GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Manioc: les projets d'industrialisation mis à mal en Côte d'Ivoire

    Une agricultrice récolte des racines de manioc, dans la région de Man, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire. RFI / Matthieu Millecamps

    La filière manioc, très artisanale en Côte d’Ivoire, peut-elle s’industrialiser ? La consommation de produits dérivés comme l’attiéké augmente, mais les projets d’unités industrielles sont mis à mal par la multiplicité des producteurs et cette année par la surproduction, qui a fait s’effondrer les prix.

    Les prix du manioc payés au producteur se sont effondrés cette année, tant les quantités de racines sont abondantes. A peine 30 francs CFA le kilo (moins de 5 centimes d'euros), contre près du double l'an dernier. La surproduction s'explique par l'engouement des producteurs pour cette culture, après la flambée des prix l'an dernier, suite à la sécheresse de 2016. Le gouvernement de Côte d'Ivoire s'interrogeait même jusqu'alors sur l'opportunité d'intensifier la production et la transformation du manioc. En résumé, d'industrialiser la filière.

    Tous petits producteurs et transformateurs

    Car l'appétit pour le manioc augmente en Côte d'Ivoire et à l'international. La consommation de pâte de manioc et d'attiéké, la semoule au goût légèrement amer, progresse dans les villes. Et les exportations génèrent 7% de la valeur ajoutée. Pourtant la filière est restée largement artisanale. Le manioc est cultivé par de très petits producteurs. Des productrices majoritairement, c'est une affaire de femmes. Elles cultivent le manioc parfois sur un demi-hectare, les jeunes les aident ponctuellement pour les travaux difficiles. La transformation est elle aussi le plus souvent artisanale. Et la commercialisation, majoritairement le fait de commerçantes individuelles.

    Industrialisation peu rentable

    Les projets d'industrialisation pour l'instant tournent court. Seuls 2 à 5% des volumes passent par de grandes unités de transformation, dans la région de Yamoussoukro, où il reste des champs de manioc. Plus difficile d'implanter des unités industrielles proches du premier bassin de consommation, la région d'Abidjan : le manioc a disparu, chassé par la pression immobilière et les plantations de cacao ou de palmiers à huile.

    500 000 emplois temps plein aujourd’hui

    Les frais de transport rendent de ce fait le modèle industriel peu rentable d'autant qu'il faut contractualiser avec des milliers de petits producteurs. Nestlé a ainsi mis fin à son expérience de transformation du manioc en amidon alimentaire. Les experts du CIRAD préconisent plutôt de renforcer la filière artisanale, parce qu'elle est dynamique, à peu près rentable, et grande pourvoyeuse d'emplois ruraux. Près de 500 000 équivalents temps plein sur toute la chaîne.


    Sur le même sujet

    • Chronique Agriculture et Pêche

      Au Gabon, l’association des femmes productrices de manioc d’Agni-Zok

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      Afro Cooking et 7 milliards derrière les fourneaux pour une spéciale manioc !

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.