GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Aujourd'hui
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Jean-Bernard Pouy, le patron du polar français

    L'écrivain français Jean-Bernard Pouy (en studio à RFI, février 2018). © RFI/Fanny Renard

    C'est l'un des piliers du polar français. Jean-Bernard Pouy, écrivain prolifique qui, depuis 35 ans, a publié une cinquantaine de romans noirs, est aussi nouvelliste, scénariste, parolier, essayiste, créateur de la collection «Le poulpe», touche à tout... mais toujours avec deux constantes : la défense de la littérature populaire et l'amour des mots. Couronné par de très nombreux prix, traduit à l'étranger dont les Etats-Unis, Jean-Bernard Pouy avait décidé à l'âge de 70 ans d'arrêter d'écrire. C'était sans compter sur son énergie, sa curiosité, et son talent pour croquer la société française avec sa plume incisive et humoristique. Pour preuve, ce nouveau roman «Ma Zad» qui vient de paraître à La Série Noire chez Gallimard. Un livre qui s'inspire de l'actualité, mais qui s'amuse aussi beaucoup à dynamiter les clichés. P. comme Polar, P. comme Pouy, P. comme Portrait.

    Couverture du roman "Ma Zad" @Gallimard

    «Camille Destroit, quadra, responsable des achats du rayon frais à l'hyper de Cassel, est interpellé lors de l'évacuation du site de Zavenghem, occupé par des activistes. À sa sortie de GAV, le hangar où il stockait des objets de récup destinés à ses potes zadistes n'est plus qu'un tas de ruines fumantes, son employeur le licencie, sa copine le quitte... et il se fait tabasser par des crânes rasés. Difficile d'avoir pire karma et de ne pas être tenté de se radicaliser !
    Heureusement, la jeune Claire est là qui, avec quelques compagnons de lutte, égaye le quotidien de Camille et lui redonne petit à petit l'envie de lutter contre cette famille de potentats locaux, ennemis désignés des zadistes, les Valter.»
    (Présentation de l'éditeur).


    Sur le même sujet

    • Littérature sans frontières

      Le polar savoureux de Thierry Marx et Odile Bouhier

      En savoir plus

    • Littérature sans frontières

      L'écrivain américain Harlan Coben publie un nouveau polar vraiment noir

      En savoir plus

    • Rendez-vous culture

      « Wulu » un polar à l'africaine

      En savoir plus

    • Danse des mots

      Les polars africains

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.