GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Avec notre envoyée spéciale, notre correspondant, et nos invités, retour sur le scrutin de dimanche et point sur les premières tendances qui semblent se dessiner.

    Dernières infos
    • Les prix du pétrole grimpent de plus de 10% après les attaques contre l'Arabie saoudite

    A la Une: Moïse Katumbi dans les starting-blocks

    Moïse Katumbi. Christophe Boisbouvier/RFI

    « Moïse Katumbi fait un pas de plus vers la présidence de la RDC, constate Le Point Afrique. C’est dans un hôtel de la banlieue de Johannesburg que cet opposant avéré de Joseph Kabila a lancé lundi 'Ensemble pour le changement', son tout nouveau mouvement politique. En exil depuis deux ans, l’ancien gouverneur du Katanga ne cache pas ses ambitions présidentielles, la date de l’élection présidentielle ayant été fixée au 23 décembre 2018 par la Commission électorale congolaise. Devant les militants du G7 et de l’Alternance réunis depuis le 9 février, il a donc prononcé un véritable discours de candidat dans lequel il se dit prêt à 'conduire ce nouveau mouvement à la victoire électorale'. »

    Que va faire l’UDPS ? Réponse du Point Afrique : « absent en Afrique du Sud, le parti d’opposition se prépare à élire son nouveau président, lors d'un congrès prévu à la fin du mois de mars, soit un an après la mort de son fondateur, Étienne Tshisekedi. Son successeur – son fils Félix est largement pressenti – aura alors la lourde tâche d'élaborer une stratégie… avec ou sans Moïse Katumbi. »

    100 milliards de dollars !

    Comment Katumbi compte-t-il redresser la RDC ? Le Potentiel à Kinshasa détaille ce mercredi matin les « quatre piliers du projet de société » de l’opposant. Tout d’abord, « la consolidation de l’Etat, de la démocratie et de la paix : chaque congolais, affirme-t-il, doit vivre en paix et disposer d’un Etat qui le rassure et le protège. Cela passe par la réorganisation de l’armée, de la police et des forces de sécurité. » Katumbi promet en outre de « livrer un combat acharné contre l’impunité et la corruption. »

    Autre objectif de l’opposant congolais : « la relance de la croissance, la diversification de l’économie et la création d’emplois ». Mais également « la valorisation du capital humain et la promotion d’une politique de prospérité partagée. » Et enfin, Moïse Katumbi veut s’attaquer aux problèmes de « l’environnement, du développement durable et à la gestion du changement climatique. »

    Pour réaliser cet ambitieux programme, « l’ex gouverneur du Katanga compte mobiliser 100 milliards de dollars, précise le site d’information congolais Cas-Info. 'Il ne s’agit pas d’une ambition personnelle', a précisé le président de la nouvelle plate-forme Ensemble.Moïse Katumbi estime qu’avec toutes les richesses dont regorge le Congo et avec un leadership responsable, capable et honnête, 'réunir 100 milliards de dollars Américains ne relèverait pas de la magie'. Il affirme posséder les capacités nécessaires et la volonté pour y parvenir. 'Le temps n’est plus aux prédateurs', a déclaré Katumbi en clôturant son conclave de quatre jours. 'Nous espérons à un Congo prospère qui offre à ses enfants de quoi vivre dignement'. »

    Inéligible ?

    Pour sa part, le parti présidentiel, le PPRD, a répliqué hier…

    L’un des dirigeants du PPRD, Ramazani Shadary a en effet « taclé Katumbi à propos de son inéligibilité », rapporte le site congolais 7 sur 7. « Devant les cadres et militants du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, à l’occasion de la présentation des membres du bureau politique, des secrétaires nationaux et autres structures du parti présidentiel, le Secrétaire Permanent du PPRD, s’est posé la question de savoir si les pro-Katumbi avaient réellement lu la Constitution. 'Nous avons entendu que les gens d’un groupe divisé se sont réunis en Afrique du Sud pour parler élections. C’est bien bon, mais est-ce qu’ils lisent vraiment la Constitution ? Parce que pour être candidat président de la République, la Constitution prévoit des conditions…', a-t-il affirmé sous les applaudissements de l’assistance. Une allusion à peine voilée à la supposée nationalité italienne de Moïse Katumbi. Par ailleurs, l’ancien vice-Premier ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a invité de nouveau les membres du PPRD à se préparer aux élections. 'J’entends les gens dire que j’ai parlé du glissement ; le 23 décembre il y aura élections, qu’il pleuve le 23 décembre il y aura élections, allons aux élections…' »

    RDV incontournable…

    En tout cas, une chose est sûre pour La République à Kinshasa : « il ne fait plus l’ombre d’un doute sur la marche inexorable vers les élections attendues au 23 décembre de l’année en cours ; tous les acteurs politiques en ont bonne conscience, comme en témoigne le branle-bas actuel dans les principaux états-majors. (…) Et que ce branle-bas affecte aussi des hommes politiques et des partis de la majorité prouve la conviction des acteurs de ce camp sur le caractère incontournable de l’échéance du 23 décembre 2018. Dont acte ! »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.