GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Côte d'Ivoire: les salles de cinéma ont la cote

    Le cinéma Le Majestic à Abidjan le 20 octobre 2017. ©SIA KAMBOU/AFP

    En Côte d’Ivoire, elles avaient totalement disparu au début des années 2000, mais opèrent un retour en force : les salles de cinéma. Trois ont ouvert à Abidjan depuis 2015 et au moins trois autres devraient voir le jour dans le courant de l’année.

    En ce dimanche soir, devant la salle du cinéma Majestic de l’hôtel Ivoire d’Abidjan, la file d’attente s’allonge doucement. Paquet de popcorn à la main, Jeanne une comptable de 25 ans est une habituée des lieux. Elle y vient en moyenne deux à trois fois par mois. « J’aime beaucoup les films et vu que j’aime sortir mais dans des lieux calmes, le cinéma c’est parfait pour moi ».

    Même petit plaisir pour Hamed : « C’est bien de regarder les films au cinéma parce qu’il y a tous détails et moi je suis graphiste alors j’aime voir tous les détails, voir des films à la télévision, ce n’est pas terrible. »

    La mythique salle de l’Ivoire faisait partie de la centaine de grands écrans du pays qui ont mis la clé sous la porte au début des années 2000, au moment de l’arrivée du numérique et du début de la crise ivoirienne. Dernière cette réouverture, un homme d’affaires ivoirien, Jean-Marc Bejani, directeur général du réseau Majestic qui dans la foulée a ouvert deux autres salles en deux ans dans la capitale économique ivoirienne.

    « Lorsque les salles ont rouvert en 2015, il y a eu une belle affluence. On a comptabilisé des chiffres entre 75 000 la première année, 172 000 la deuxième année, plus de 200 000 la troisième année, donc on pense que la demande est toujours là. Le cinéma c’est une sortie, c’est voir des films avec des gens, il y a une communion quand on regarde un film. »

    Image en haute définition ou en 3D et salles dont le confort n’a rien à envier à celui de leurs consoeurs européennes, de quoi conquérir la jeune génération et attirer la classe moyenne prête à débourser pour un ticket d’entrée entre 3 000 et 5 000 francs CFA - 4,50 euros et 7,60 euros.

    Le réseau Majestic, pour l’instant seul opérateur privé de la place, mise largement sur les superproductions américaines mais réserve toutefois petite partie de sa programmation au cinéma africain.

    Confiant, le groupe doit inaugurer cette année trois autres salles dans le quartier populaire de Yopougon.

    Encouragé par l’expérience Majestic, le gouvernement s’attèle aussi à faire revivre les salles d’antan. Mamidou Zoumana Diakité directeur des équipements culturels au ministère ivoirien de la Culture : « Le programme consiste à travailler sur la base d’une contribution tripartite : celle du propriétaire de l’exploitant de la salle, celle de l’Etat et celle d’un partenaire financier privé. L’Etat apportant les garanties, nous sommes en négociation avec les anciens propriétaires des salles. Ce n’est pas facile de les convaincre. »

    Le projet le plus avancé est celui de la salle de Bouaké, dans le nord du pays. Et les autorités l’assurent, des grands groupes internationaux lorgnent sur le marché ivoirien.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.