GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Barthélémy Boganda, mon père, fondateur de la Centrafrique

    Barthélémy Boganda. © DR

    Dans l'intimité de la maison parisienne d'Agnès Wolotegba Boganda, fille aînée du père fondateur de la Centrafrique, nous brossons le portrait d'un homme mythique.
    Disparu le dimanche 29 mars 1959 dans l'avion qui le ramenait à Bangui, Barthélémy Boganda était le plus prestigieux et le plus compétent des hommes politiques équatoriaux.

    (Version longue de l’émission diffusée en mars 2015).

    Premier prêtre noir oubanguien, premier député noir de son pays, créateur du premier journal local, fondateur du parti indépendant le MESAN, premier maire de Bangui et président du grand conseil de l'AEF, c'est lui qui accueille De Gaulle à Brazzaville en 1958.
    Tenté par le non, il dira finalement oui à la communauté française proposée par le général en 1958, dernière étape avant l'indépendance.

    ZO KWE ZO, tout homme est un homme, c'est le célèbre proverbe de la lutte pour la dignité de l'homme de Barthélémy Boganda.

    Agnès Wolotegba Boganda accorde pour la première fois un long entretien à RFI, riche de ses souvenirs intimes et de ses archives personnelles.

    Une émission réalisée par Cécile Pompéani avec les archives de l'INA et de RFI avec la participation de l'historien Jean-Dominique Plénel.  

    De gauche à droite: Cécile Pompéani, Agnès Wolotegba Boganda, Valérie Nivelon, Jean-Dominique Plénel. © 2015 DA TI M'BETI – FB

    A lire
    - Ramandji, de Agnès Wolotegba Boganda, aux éditions Da Ti M'Beti. Ecrits et discours de Barthélémy Boganda, publiés aux éditions l'Harmattan, par Jean-Dominique Plénel. 

    A voir
    - Bonus vidéo-photo sur la page Facebook de La Marche du monde
    cliquer ici

     


    Sur le même sujet

    • Invité Afrique

      RCA: entretien avec la fille du président Boganda, auteure de «Ramandji»

      En savoir plus

    • Au cœur du film «Sauvages»

      Au cœur du film «Sauvages»

      Comment est né le racisme populaire en Europe, aux Etats-Unis ou au Japon ? C’est la question dérangeante à laquelle répond le …

    • Paul Robeson, 1ère star noire américaine

      Paul Robeson, 1ère star noire américaine

      Pour la première fois en France, une exposition retrace le parcours de l’engagement de Paul Robeson. Si le chanteur vedette et activiste est oublié …

    • 68 dans les Afriques (2/2)

      68 dans les Afriques (2/2)

      A écouter ou réécouter, je vous propose une sélection de nos meilleures émissions jusqu'au début du mois de septembre 2018. 50 …

    • 68 dans les Afriques (1/2)

      68 dans les Afriques (1/2)

      A écouter ou réécouter, je vous propose une sélection de nos meilleures émissions jusqu'au début du mois de septembre 2018. 50 …

    • Africa twist, la jeunesse des années 60

      Africa twist, la jeunesse des années 60

      A écouter ou réécouter, je vous propose une sélection de nos meilleures émissions jusqu'au début du mois de septembre 2018. Photographié …

    • La voix Sankara

      La voix Sankara

      A écouter ou réécouter, je vous propose une sélection de nos meilleures émissions jusqu'au début du mois de septembre 2018. Le …

    • Rwanda: Retour à Kigali

      Rwanda: Retour à Kigali

      A écouter ou réécouter, je vous propose une sélection de nos meilleures émissions jusqu'au début du mois de septembre 2018. En …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.