GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le gouvernement français donne un coup de pouce à la filière de méthanisation

    Une usine de biogaz dans une ferme d'Arcy à Chaumes-en-Brie, à 60 km au sud-est de Paris. ©ERIC PIERMONT/AFP

    Le gouvernement français souhaite accélérer la production du gaz d’origine organique dans les exploitations agricoles, ce qu'on appelle la méthanisation. Le ministère de la Transition écologique a annoncé cette semaine une série de mesures. Objectif : rattraper le retard sur le voisin allemand.

    Le biogaz est produit à partir de la fermentation de résidus de l’agriculture. Les déchets végétaux, les lisiers et les fumiers des élevages. Il sert à produire soit de l’électricité soit de la chaleur via un moteur de cogénération. Il peut être également injecté directement dans le réseau gazier des villes. Cette énergie renouvelable permet aux agriculteurs d’arrondir les fins de mois grâce à un tarif de rachat garanti sur 15 ans par l’Etat. Mais la France, premier pays agricole européen, a du retard contrairement à son voisin allemand. Démarches administratives compliquées, difficultés d’accès aux crédits, l’Hexagone dispose de seulement 400 installations de méthanisation, dont la moitié dans les fermes contre 10 000 en Allemagne.

    La France produit pourtant 160 millions de tonnes de déjections animales et autres déchets agricoles chaque année. Pour faire sauter les verrous, le gouvernement a annoncé 15 mesures. Simplifier les démarches administratives pour ceux qui souhaitent installer des méthaniseurs, mais également des prêts sans garantie. 100 millions d’euros pour financer ces projets. Un outil pour atteindre un objectif  : 10% de gaz d'origine renouvelable en 2030.

    Reste la question des rendements pour les petits exploitants. Les investissements sont coûteux pour installer les méthaniseurs et en France la réglementation ne permet d’utiliser que des déchets organiques. Ce qui ne garantit pas toujours une fourniture régulière ni une qualité constante des déchets.

    Ce n’est pas le cas de l’Allemagne par exemple, où existe aussi une production de maïs et de soja spécialement dédiée à la fabrication du biogaz. Certains agriculteurs allemands se sont même presque totalement consacrés à la production de biogaz, laissant une place moins importante à la production agricole. Une mentalité qui passe mal en France où l'on considère que les produits agricoles doivent servir uniquement à l’alimentation. Pour ne pas tomber dans les travers allemands, il faut donc adapter la taille des sites de méthanisation à celle des exploitations agricoles.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.