GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le géant minier BHP quitte l'Association mondiale du charbon

    Une centrale à charbon chinoise située près de Pékin. REUTERS/Jason Lee

    C'est le numéro un mondial des mines. Pourtant le groupe australien BHP quitte l'Association mondiale du charbon, pour incompatibilité climatique.

    Claquer la porte de l'Association mondiale du charbon quand on s'appelle BHP et qu'on est le premier exportateur mondial de charbon métallurgique, c'est un comble. Mais le groupe anglo-australien juge que le lobby international du charbon est trop frileux à s'engager sérieusement dans la lutte contre le réchauffement climatique.

    L'Association mondiale du charbon déplore ce départ, elle défend sa position sur les remèdes au changement climatique : à la fois la séquestration du carbone et une plus grande efficacité des centrales à charbon qui seraient alors moins émettrices de gaz à effet de serre.

    Rio Tinto n’extrait plus de charbon

    Mais BHP ne veut plus être associé à cette énergie sale. En particulier le charbon thermique, celui qui sert à fabriquer l'électricité et qui empoisonne l'air urbain. BHP n'en extraie plus. Le géant minier n'exploite plus que du charbon métallurgique, utilisé par les aciéristes.

    La pression des organisations écologistes a été très forte en Australie. Le grand rival australien de BHP, Rio Tinto vient d'annoncer le mois dernier qu'il sortait complètement du charbon.

    Crainte des poursuites judiciaires

    Les groupes miniers et pétroliers craignent les poursuites judiciaires. Des poursuites qui se multiplient hors des fiefs traditionnels des écologistes, tels que la Californie. En janvier dernier, c'est la ville de New York qui a intenté un procès à cinq compagnies pétrolières, parmi les plus puissantes : BP, Chevron, Conoco-Phillips, ExxonMobil et Shell, estimant qu'elles seraient en partie responsables des dégâts futurs causés à la cité américaine et qu'elles ont caché l'impact négatif de leurs activités sur le climat.

    Aux Pays-Bas, Shell est également menacé de poursuites par les Amis de la Terre. L'ONG ne demande pas uniquement de réparations, mais que la compagnie pétrolière néerlandaise s'éloigne des énergies fossiles pour respecter les objectifs de l'accord de Paris. Pas sûr que tous ces risques juridiques soient du goût des actionnaires.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.