GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A chacun son MLK

    Jean-Baptiste Placca. Claudia Mimifir

    Son inspiration était   le ciel nous pardonne ! – divine ! Dans chaque discours du Dr Martin Luther King, il y avait de la matière pour une réflexion philosophique de très, très haut niveau.

    Il y a un demi-siècle nous quittait un être d’exception, dont chacune des générations à venir gardera toujours quelque chose. Un héros universel, à l’instar du Mahatma Gandhi et de Nelson Mandela. Mais aussi un héros africain, il ne faut pas l’oublier, dites-vous. Mais en quoi le Dr Martin Luther King était-il précisément Africain ?

    Il l’était, cela se voyait, à l’œil nu. Cela s’entendait, surtout. Car il assumait son africanité, pour ne pas dire sa négritude.

    Il se sentait, d’ailleurs, tellement africain qu’il n’a pu se priver du voyage, à Accra, pour être témoin, dans la nuit du 5 au 6 mars 1957, de l’accession du Ghana à la souveraineté internationale. Il était aux premières loges. C’était la première de toutes les colonies à accéder à l’indépendance. Plus tard, dans ses discours, il fera, d’ailleurs, souvent allusion à ce moment particulier de sa vie, de la vie du continent de ses ancêtres.

    Que retiennent les Africains du Dr King ? Que doivent-ils en retenir ?

    Le commun des mortels se réfère, naturellement, comme nombre de gens, de par le monde, au fameux discours du 28 août 1963, devant le Lincoln Memorial, à DC. Le très inspiré I have a dream, marquant le terme de la Marche des Noirs sur Washington, pour l’emploi et la liberté. Pour la dignité. Mais ce n’est, là, que l’arbre, qui cache la forêt.

    Les spécialistes auraient dénombré quelque 2 500 discours et interventions, faites par le Dr Martin Luther King, dans le cadre de la lutte pour les droits civiques. Mais, quel que soit le texte dont vous vous saisissez, vous y découvrez une multitude d’entrées, différents niveaux de lecture, et d’une hauteur philosophique impressionnante.

    Pour ceux qui aiment la belle dialectique, le discours qu’il a tenu, trois semaines avant son assassinat, dans un quartier de la banlieue de Detroit, dans le Michigan, est un véritable régal. C’était le 14 mars 1968, devant ce qui est connu comme la Grosse Pointe Historical Society. A quelques nuances près, il avait tenu un discours similaire, en avril de l’année précédente, sur le campus de Stanford, sous le même titre : The Other America.

    L’autre Amérique, donc. Quelle est-elle, donc ? Et à quelle Amérique l’opposait-il ?

    L’autre Amérique est celle des Noirs, vivant de privations, par opposition à l’Amérique des opportunités et des privilèges, se délectant du lait de la prospérité et du miel de l’égalité, mais presque exclusivement réservée aux Blancs. C’était un discours de vérité, et les tristes réalités qu’il dénonçait alors sont, hélas, toujours d’actualité, un demi-siècle et un président noir plus tard. Il explique d’ailleurs dans ce discours en quoi les Noirs, aux Etats-Unis, étaient, en quelque sorte, programmés pour demeurer à la traîne.

    C’est très grave, comme affirmation !

    Oui, mais cet esprit brillant savait convaincre par la démonstration. Ainsi de ce passant qui disait le trouver sympathique, mais ne comprenait pas les Noirs. Parce que lui prétendait avoir vu d’autres communautés arriver en Amérique, avec les mêmes types de problèmes, et s’en sortir à la force de leurs poignets. Et l’homme se demandait pourquoi les Noirs ne pouvaient pas faire autant.

    Le Dr King se fait pédagogue, au possible, et explique à son interlocuteur qu’il était, lui aussi, admiratif de ce que réussissaient les communautés en question. Mais il lui rappelle que celles-ci étaient arrivées, de leur propre gré, un siècle ou un siècle et demi plus tôt, en Amérique, alors que les Noirs y avaient été emmenés, enchaînés, en esclavage, plus de trois siècles plus tôt, et tenus en esclavage pendant 244 ans, avant d’être soi-disant libérés des chaînes, mais sans qu’on leur donne un minimum pour se relancer dans la vie.

    Avec quoi auraient-ils pu se relancer ?

    « C’est comme un prisonnier, qui serait détenu des années durant, et à qui l’on irait dire, un jour, que les charges retenues contre lui n’étaient pas fondées et avaient été abandonnées. Ensuite, on lui ouvrirait la porte de la prison, en le laissant partir, sans même un ticket de bus pour gagner la ville. Sans une demeure pour l’accueillir, et sans même un peu d’argent pour se mettre des habits sur le dos. Rien ! Voilà comment le Dr King résumait le sort des Noirs dans une Amérique qui, par ailleurs, distribuait des terres aux Blancs, ouvrait des écoles pour les former à valoriser ces terres, puis leur donnait des fonds pour mécaniser l’agriculture et faire concurrence aux producteurs européens. Et lorsque cela n’était plus rentable, on leur donnait encore de l’argent, juste pour laisser leurs terres en jachère.

    C’est un peu violent, comme démonstration, mais ce sont les réalités de cette autre Amérique qui étaient violentes.

    • Pour se retrouver en toute convivialité

      Pour se retrouver en toute convivialité

      Le tableau est à la fois plaisant et insolite: aux obsèques de George H. Bush, à l'intérieur de la cathédrale nationale, à …

    • CAN: un camouflet prévisible

      CAN: un camouflet prévisible

      Un si grand malheur… et c'était attendu ! La déception du peuple camerounais est grande et ne sera pas sans conséquence. Les dirigeants …

    • Restitution, décrispation, etc.

      Restitution, décrispation, etc.

      Il faut de la détermination, beaucoup de courage, pour accepter de rendre aux peuples concernés les biens culturels qui leur ont été soutirés …

    • A quoi jouent Tshisekedi et Kamerhe ?

      A quoi jouent Tshisekedi et Kamerhe ?

      Lorsque les opposants font passer leur parti ou leur petite personne avant l'Etat, ils étalent au grand jour leur incapacité à s'affirmer …

    • Eloges princiers pour le Ghana

      Eloges princiers pour le Ghana

      Il y a l'Afrique que l'on critique et que vilipendent parfois ses propres populations, et l'Afrique qui suscite l'admiration des plus grands ! Derrière …

    • Question de lucidité

      Question de lucidité

      Il est rare qu'après les longs règnes de pouvoirs autoritaires ou dictatoriaux, les pays passent immédiatement à une démocratie …

    • Le pire n’est jamais certain

      Le pire n’est jamais certain

      Alors qu'ils sont de toutes les révolutions, ailleurs en Afrique, les Camerounais sont étonnamment moins virulents lorsque leur propre pays est concerné…

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.