GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Pourquoi la réforme de la SNCF fait du sur place

    A Marseille, le soutien d'un usager de la SNCF, le 4 avril 2018. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    Les cheminots poursuivent la grève contre la réforme de la SNCF. Réforme qui sera malgré tout présentée ce soir aux députés. Le gouvernement ne veut rien lâcher pour le moment. Cette première semaine de bras de fer a-t-elle fait avancer le débat ?

    En surface c’est le statu quo, mais la grève a permis de confronter les arguments des uns et des autres. Avec d’abord un constat sur le trafic : pour pallier la pénurie de trains encore très vive ce matin, les Français utilisent Blablacar, Uber, l’application Waze pour ceux qui roulent en voiture, ou tout simplement les « cars Macron », les bus privés. Cette réactivité du transport non ferroviaire donne du grain à moudre au gouvernement. Elle démontre que la concurrence est déjà bien structurée et très réactive. Face aux modes de transport alternatif, et bien sûr face l’arrivée de nouveaux opérateurs sur les lignes françaises, la SNCF a intérêt à se rénover au plus vite pour rester dans la course. L’ouverture à la concurrence étant l’un des grands axes non négociables de la réforme a rappelé le Premier ministre Edouard Philippe. Tout comme la fin du statut de l’entreprise et de celui des cheminots.

    En quoi la SNCF aujourd’hui société publique va-t-elle améliorer ces performances en devenant une société anonyme ?

    Cette modification est un préalable juridique pour que la SNCFpuisse s’ouvrir à la concurrence. Mais sur le fond, l’expérience des voisins démontre que le statut de l’entreprise n’est pas déterminant pour la qualité de ses prestations. Avec la privatisation britannique, le nombre des passagers a doublé, mais la gestion est sévèrement jugée par les usagers et le prix des billets s’est envolé. A l’opposé, le chemin de fer helvète, toujours public, est considéré comme le meilleur en Europe d’après le comparatif de référence établi par le Boston Consulting Group. En termes de service et de sécurité. Mais ses billets sont aussi les plus chers du continent. Il n’y a pas de modèle idéal pour réussir dans le ferroviaire. Et la mise en concurrence ne fait pas nécessairement baisser le prix des billets.

    Quel est le levier qui permet à une entreprise de chemin de fer de se développer ?

    D’après le Boston Consulting Group, ce qui fait vraiment la différence d’une entreprise à l’autre, ce n’est pas son statut, c’est la hauteur de l’investissement public, qui demeure indispensable. Tout comme l’Etat investit dans les routes, il doit investir dans le rail. Et en général, plus un pays consacre de l’argent à son train, plus il a un chemin de fer de qualité. Par rapport au nombre d’habitants, l’investissement suisse est une fois et demie supérieur à celui de la France. La France conserve toutefois un bon classement, dans le premier tiers des pays étudiés, même si depuis 2012 elle est passée de la troisième à la septième place du classement.

    Le statut actuel des cheminots français handicape-t-il vraiment la SNCF ?

    La SNCF estime qu’il occasionne un surcoût de 8% par rapport aux autres compagnies européennes. Le remettre en cause va donc soulager ses finances, mais ce n’est pas la solution miracle. Son plus gros fardeau, qui ne doit pas grand-chose au sort des cheminots, c’est la dette. Elle pèsera 50 milliards d’euros à la fin de l’année. Si la SNCF devient une société anonyme, comme le prévoit la réforme, avec un passif plus lourd que son chiffre d’affaires, elle devra immédiatement mettre la clé sous la porte ; le gouvernement le sait, et pour le moment feint d’attendre des concessions des cheminots pour proposer un plan de reprise de la dette qui est de toute façon une condition incontournable de la réforme.

     

    EN BREF

    A Dubaï une start-up lance une nouvelle monnaie virtuelle indexée sur l’or. Cette monnaie baptisée Onegram est adossée à une valeur de un gramme de métal précieux et elle a été jugée conforme aux principes de la finance islamique. Pendant ce temps l’ancêtre des cryptomonnaies, le bitcoin, continue sa chute, après avoir culminé à 20 000 dollars en décembre il est passé en dessous de la barre des 7 000 dollars.

    YouTube est accusé de collecter les données personnelles des enfants qui regardent les vidéos. 23 ONG américaines de défense des droits numériques et de protection de l’enfance estiment que Google la maison mère de YouTube cible les enfants pour leur envoyer des publicités dédiées. Le site de vidéo est officiellement interdit au moins de 13 ans.


    Sur le même sujet

    • France

      Grève SNCF: Les cheminots rejettent le modèle des voisins européens

      En savoir plus

    • Revue de presse française

      A la Une: SNCF, Nicolas Hulot prend le train… en marche

      En savoir plus

    • France / Questions sociales

      Grève à la SNCF: deuxième round

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.