GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    L'Azerbaïdjan, un pays riche en hydrocarbures

    Un forage de pétrole, à Bakou. AFP/Tobias Schwarz

    En Azerbaïdjan, se déroule ce mercredi une élection présidentielle anticipée. Le président Ilham Aliev devrait sans surprise remporter le scrutin boycotté par l’opposition. Il dirige d’une main de fer cette petite république du Caucase très riche en hydrocarbures.

    L’Azerbaïdjan a un sous-sol très riche en gaz et en pétrole, avec une forte production offshore. Située au carrefour de l’Europe, de l’Asie et du Moyen-Orient, cette petite république du Caucase est devenue un partenaire important en gaz pour ses voisins et surtout pour l’Union européenne. En achetant son gaz à l’Azerbaïdjan, l’Europe espère réduire sa dépendance au gaz russe. Le chantier du corridor sud, un gazoduc long de 3 500 km, a déjà commencé. Il doit acheminer d’ici 2020 quelque 10 milliards de mètres cubes de gaz de l’Azerbaïdjan vers l’Europe.

    En plus du vieux continent, l’Azerbaïdjan alimente en gaz ses voisins : la Géorgie, la Turquie, la Russie et l’Iran. Sa production, en constante une augmentation depuis 12 ans, frôle actuellement les 30 milliards de mètres cubes par an. Mais la consommation intérieure a aussi fortement augmenté ces dernières années, ce qui affaiblit les exportations.

    Investissement massif dans l’extraction

    Pour faire face à cette situation, le gouvernement investit massivement dans l’extraction en ouvrant notamment son marché aux sociétés étrangères comme Total et BP. Car la production du gaz soutient la croissance du pays, une croissance très dépendante des exportations d’hydrocarbures, 35 % du PIB.

    Le gaz va également remplacer peu à peu la rente pétrolière dont la production diminue depuis quelques années. Le but affiché d’ailleurs par le gouvernement est d’atteindre une production de 54 milliards de mettre cube par an. Un objectif atteignable vu les importantes réserves exploitables pendant encore un siècle au moins.

    Les flammes naturelles qui émergent fréquemment du sol gorgé de gaz ont poussé les Azerbaïdjanais à surnommer leur pays la « Terre du feu ».


    Sur le même sujet

    • Azerbaïjan

      Azerbaïdjan: lourdes condamnations pour 12 militants islamistes présumés

      En savoir plus

    • Azerbaïdjan

      Azerbaïdjan: enquête sur la «diplomatie du caviar»

      En savoir plus

    • Azerbaïdjan/Défense

      Révélations gênantes d’Anonymous sur le commerce d’armes en Azerbaïdjan

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.