GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Bruno Le Maire: «Le franc CFA garantit à tous ses états membres de la stabilité»

    Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. REUTERS/Charles Platiau

    Faut-il changer le nom du franc CFA ? Faut-il revoir le système de dépôt de 50% des réserves de change auprès du trésor français ? Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie et des Finances, ne dit pas non. A l'issue d'une réunion de la zone franc CFA, qui s'est tenue vendredi 13 avril à Brazzaville, le grand argentier français répond aux questions de Christophe Boisbouvier et s'exprime aussi sur la dette colossale du Congo-Brazzaville.

    RFI : Le franc CFA a mauvaise presse en Afrique, y compris chez des chefs d’Etat comme le Tchadien Idriss Déby. Est-ce que le franc CFA est en sursis ?

    Bruno Le Maire : Non, je ne crois pas. Je crois que le franc CFA garantit à tous les Etats membres de la stabilité, et c’est important d’avoir de la stabilité monétaire dans un environnement économique qui est toujours plus incertain. Il garantit aussi, on l’a rappelé à Brazzaville, la définition de politiques économiques qui soient cohérentes entre les Etats membres. Après, qu’il y ait besoin d’évolution du franc CFA, c’est possible, mais c’est aux Etats membres de la zone franc de décider ce qu’ils veulent comme avenir pour le franc CFA : est-ce qu’ils veulent le changer de nom ? Est-ce qu’ils veulent élargir la zone ? C’est à eux de le décider et la France évidemment est ouverte à toutes les évolutions qui seront proposées par les Etats membres, je dis bien par les Etats membres, de la zone franc.

    Vous parlez d’un élargissement de la zone et justement, tous les pays d’Afrique de l’Ouest, anglophones comme francophones, veulent créer une monnaie commune. N’est-ce pas la mort du CFA à terme ?

    Nous verrons une fois encore quelles seront les propositions. La France est ouverte, elle l’a dit à plusieurs reprises, le président l’a rappelé lors de son déplacement en Afrique [NDLR Lors de sa tournée de novembre 2017 en Afrique de l’Ouest], à des évolutions de la zone franc. Et ces évolutions doivent être portées par les Etats membres. A eux de manifester un certain nombre de demandes, que ce soit sur le nom, sur la géographie, sur l’élargissement, sur les systèmes de dépôt des avoirs, c’est aux Etats membres de décider ce qu’ils souhaitent.

    Aujourd’hui, le CFA est rattaché à une seule monnaie, l’euro. Il monte et descend avec l’euro. Est-ce que ce n’est pas un handicap ? Est-ce qu’il ne faut pas le rattacher à un panier de monnaie, dont l’euro, mais aussi par exemple le dollar ou le yen ?

    L’euro est une des monnaies les plus stables de la planète. Qu’est-ce que cela vous apporte comme avantage ? Un avantage énorme, c’est l’attractivité pour les investisseurs, qui ont une garantie sur la convertibilité de la monnaie. Donc si on veut attirer les investisseurs… Ces investisseurs privés, ils ont besoin de quoi ? Ils ont besoin de stabilité monétaire et c’est ce que garantit la convertibilité avec l’une des monnaies les plus puissantes de la planète ; ils ont besoin d’un climat des affaires qui soit meilleur, disons-le très clairement, ce qui suppose de lutter contre la corruption. Et j’ai rappelé à tous mes interlocuteurs, à tous mes homologues [NDLR : ce 13 avril à Brazzaville]  à quel point cette lutte contre la corruption était indispensable pour rendre les pays concernés plus attractifs. Et ils ont besoin d’avoir une visibilité sur la stratégie de diversification économique des Etats de la zone franc.

    Dans l’espace CFA, la zone Afrique centrale est beaucoup moins dynamique que la zone Afrique de l’Ouest. N’y a-t-il pas le risque d’un espace à deux vitesses ?

    Vous avez raison. C’est un écart qui nous préoccupe parce qu’on voit bien que, dans la zone CEMAC [Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale], il n’y a plus cette décroissance qui nous inquiétait au cours des dernières années, il y a une stabilisation, mais qui n’est pas encore suffisamment satisfaisante, qui doit nous amener justement à une diversification de l’économie. On voit bien que faire reposer son économie uniquement sur les revenus du pétrole, ce n’est pas l’avenir et cela ne peut pas être l’avenir de ces économies. Puis de l’autre [côté], on a une autre zone qui elle effectivement est plus dynamique, avec un taux de croissance autour de 6% par an depuis six ans. Je crois que c’est le fruit aussi des transformations économiques qui ont été apportées. Il faut faire en sorte que, entre ces deux parties de la zone franc, il y ait le maximum de dialogue, le maximum de coopération possible, pour que chacun tire l’autre vers le haut.

    Oui, mais cela fragilise le franc CFA…

    Je ne parlerai pas de fragilisation. Je parlerai d’exigence supplémentaire, pour avoir plus de coopération, et surtout pour avoir des stratégies qui soient communes. Il faut que, dans la zone CEMAC, il y ait des programmes FMI [Fonds monétaire international] et que les Etats qui n’ont pas de programme FMI en aient un le plus rapidement possible. Un de mes homologues a utilisé à Brazzaville le terme de « passager clandestin ». Il a raison : il ne peut pas y avoir de « passager clandestin » dans une zone monétaire commune. C’est un des exemples pour éviter des décalages trop importants.

    Vous parlez de « passager clandestin ». Vous êtes à Brazzaville. La dette du Congo-Brazzaville représente quelque 120% du PIB de ce pays. Et il y six mois, le FMI a confirmé l’information de RFI qui révélait que la moitié de cette dette avait été dissimulée. Est-ce que la relation de confiance entre le Congo et ses partenaires financiers n’est pas rompue ?

    Elle n’est pas rompue, mais elle doit être renforcée. Elle sera renforcée par la transparence. Il doit y avoir entre la République du Congo, le FMI et les différents Etats partenaires de la République du Congo, une transparence totale. Je dis bien totale. Rien n’est possible sur la confusion ou sur la dissimulation. Nous avons besoin d’une véritable transparence pour avancer en confiance. Nous sommes prêts à aider la République du Congo. La France sera au rendez-vous. Elle est prête à apporter 135 millions d’euros d’aide au Congo l’année prochaine sur trois ans, mais cela suppose que la République du Congo aboutisse à un programme avec le FMI et, pour cela, fasse preuve de toute la transparence nécessaire.

    La dernière fois que le président Denis Sassou-Nguesso est venu à Paris, le 13 décembre 2017, il voulait rencontrer le président Macron. Mais c’est vous qui l’avez reçu dans votre bureau de Bercy. Il vous a demandé un appui budgétaire d’urgence. Que lui avez-vous répondu ?

    Pour être tout à fait précis, c’est moi qui ai rendu une visite au président Sassou-Nguesso dans son hôtel [parisien]. Le président n’est pas venu au ministère de l’Economie et des finances. Et je lui ai dit là aussi, en toute transparence, ce que je dis à son ministre des Finances : la France est prête à aider la République du Congo, la France attend d’abord de la part du Congo de la transparence, la conclusion d’un programme avec le FMI pour sortir de cette dette qui, vous l’avez rappelé, est de 120% de la richesse nationale, c’est beaucoup trop lourd. La France attend une vraie stratégie économique, un assainissement du climat des affaires, une lutte contre la corruption. Et dans ce cadre-là sur lequel nous sommes d’accord, mais qui doit se traduire maintenant par des actes, par des gestes concrets dans ce cadre-là, la France aidera sur trois ans la République du Congo à hauteur de 135 millions d’euros.

    Après RFI l’an dernier, le journal Le Monde a révélé la semaine dernière, le 10 avril, un autre montage financier de la part des autorités congolaises. C’était il y a 15 ans. Ce montage aurait permis au Congo-Brazzaville de se surendetter au mépris des règles du FMI. Est-ce que ce n’est pas la goutte qui fait déborder le vase ?

    C’est la goutte qui entraîne surtout la nécessité de ce que je viens de dire : de la transparence. Quand vous avez des bailleurs, quand vous avez des Etats qui vous aident, vous leur devez la transparence, vous leur devez l’assainissement du climat des affaires, vous leur devez une stratégie économique cohérente, qui soit suivie et qui soit respectée. Sans transparence, il n’y a pas de confiance. Et sans confiance, il ne peut pas y avoir d’aide, ni de la part du FMI ni de la part des autres Etats.

    Et selon notre confrère Le Monde, le montage financier des années 2001-2003 a été mis sur pied avec l’aide de la compagnie pétrolière française Total, qui a mis au point un « montage offshore impénétrable ». Qu’est-ce que cela vous inspire ?

    C’est une affaire qui remonte à près de 15 ans et sur laquelle le groupe Total a apporté tous les éclaircissements nécessaires. Je crois que les éclaircissements sont suffisamment clairs. Ils montrent à quel point, dans les années qui viennent, pour développer l’économie d’un pays auquel nous sommes attachés comme la République du Congo, il faut sortir des vieilles pratiques, éviter tout ce qui peut créer la suspicion ou le doute parce qu’on ne bâtira rien de solide pour l’avenir sur ces bases-là.

    En fait, ce que vous dites, c’est que les réformes structurelles pour la transparence et contre la corruption ne sont pas encore faites à Brazzaville ?

    Je pense qu’on peut toujours faire mieux et que c’est en faisant mieux, en étant plus transparent, en donnant des preuves tangibles des décisions qui ont été prises pour lutter contre la corruption que non seulement la République du Congo arrivera à convaincre le FMI pour avoir un programme, qui est aujourd’hui indispensable, convaincre la France qui, une fois encore, est prédisposée, volontaire, pour aider financièrement la République du Congo, et convaincre aussi les investisseurs, parce que ni le FMI ni la France ne suffiront à redresser la situation économique de la République du Congo. Il faut faire venir les investisseurs. Et le Congo a tous les atouts, les atouts géographiques, les atouts économiques, pour réussir et pour être une vraie puissance économique.

    Quand vous dites « une preuve tangible ». Donnez-nous un exemple…

    Tangible, c’est tout ce qui concerne la législation prise pour lutter contre la corruption. Nous attendons des gestes concrets en termes législatifs sur la lutte contre la corruption dans la République du Congo. Nous avons besoin de gestes concrets.


    Sur le même sujet

    • Eco d'ici Eco d'ailleurs

      Dakar débat de la pérennité du franc CFA

      En savoir plus

    • L'Afrique en marche

      Impact du franc CFA sur le développement économique africain

      En savoir plus

    • Economie / Histoire

      [Vidéo] 26 décembre 1945: création du franc CFA et du franc CFP

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.