GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Financement politique (série 1/5): la fortune personnelle

    L'Afrique compte beaucoup d'hommes d'affaires entrés en politique comme le président béninois, Patrice Talon (photo). REUTERS/Philippe Wojazer

    Toute cette semaine Afrique économie se penche sur une question cruciale, l’économie des partis politiques africains. L'argent étant le nerf de la guerre, comment se finance l’action politique ? Par quels mécanismes publics ou privés ? Premier volet de cette enquête : Très souvent en Afrique un leader de parti y va de sa poche. Nombre d’hommes politiques investissent leur fortune personnelle dans leurs activités partisanes.

    Lorsqu'il a entamé sa carrière politique, au début des années 1990, le Tchadien Saleh Kebzabo avait mis de côté un peu d'argent.

    « Après le journalisme, j'ai eu des activités commerciales qui m'ont mis à un certain niveau dans la société. Mais je suis entré en politique et mes affaires ont périclité ! Parce que l'argent est entrée en politique ! Et tous ceux qui pensent qu'avec leur argent ils peuvent faire de la politique... souvent ils se font des illusions. Car il faut beaucoup d'argent. La politique coûte excessivement cher ! »

    Le Bissau-Guinéen Idrissa Diallo a eu cette illusion. Homme d'affaires prospère, il a financé le PUN, le Parti de l'unité nationale, sur fonds propres.

    « Les coûts de fonctionnement du parti politique reposent sur la direction du parti. Le peu de moyens que nous avons ce fut pour équiper le parti en logistique. C'est les voitures, c'est les mobylettes, les bicyclettes, quelques tee-shirts pour faire connaître le parti, des affiches principalement et des contributions que la communauté nous demande par-ci, par-là... »

    En 2006, Idrissa Diallo a dû suspendre durant quelques années les activités de son parti le temps de renflouer ses finances personnelles. Mieux vaut éviter de mettre tous ses œufs dans le même panier. C'est ce peut-être ce qu'a pensé le député et chef d'entreprise congolais Martin Falyulu qui s'est dit persécuté par le fisc congolais en 2016, en raison de son activité politique. Depuis, il a trouvé une solution simple pour financer son parti.

    « Tout le monde sait que j'étais député, aussi une grande partie des indemnités de député ont été versées au parti Ecidé. »

    Pour se lancer en politique mieux vaut donc avoir de l'argent. Et c'est n'est pas un hasard si les hommes d'affaires africains s'y intéressent de près. Ecoutez le journaliste Antoine Glaser :

    « A une certaine période, les hommes d'affaires africains ne prétendaient pas à avoir des carrières politiques, et là, il y a un vrai changement ! On parle de Patrice Talon (président du Bénin NDLR) mais il y a d'autres hommes d'affaires qui, maintenant considèrent qu'ils mettent leur fortune pour accéder au pouvoir... »

    Le Béninois Patrice Talon, le Congolais Moïse Katumbi, le Sénégalais Moustapha Niasse, l'Afrique compte beaucoup d'hommes d'affaires entrés en politique.

    Si la fortune personnelle est souvent un levier d'action puissant, c'est cependant loin d'être le seul. Nous verrons demain mardi que dans certains cas les Etats aident aussi les partis politiques.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.