GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Open Heritage, ou la visite de lieux historiques menacés en réalité augmentée

    25 sites historiques prestigieux de 18 pays figurent au catalogue d'Open Heritage. CyArk

    Suivez le guide ! Le projet « Open Heritage » vous propose de visiter en réalité virtuelle et augmentée de nombreux sites historiques menacés de disparition. L’ONG CyArk avec la collaboration du géant du Web Google a numérisé en 3D 25 lieux classés au patrimoine de l'Humanité provenant de 18 pays.

    Les catastrophes naturelles, les touristes qui polluent et dégradent les lieux historiques, les fouilles sauvages, les trafiquants d’œuvres antiques, les pillages et les dynamitages en série des terroristes de Daech ou encore les destructions massives de vestiges précieux lors de conflits régionaux, condamnent aux ténèbres de l’oubli, au détriment des générations futures, les plus beaux trésors du patrimoine mondial de l’humanité.

    Les archéologues dans un souci de préservation, emploient depuis longtemps sur le terrain des technologies qualifiées de « non invasives ». L’analyse des images satellitaires, la radiographie par drones et les scanner 3D par faisceau laser, leur permettent d’étudier avec précision de nombreux monuments anciens. Comprendre sans détruire, c’est bien. Mais protéger notre mémoire collective de l’amnésie totale, l’est tout autant, s’alarmait en 2001 l’ingénieur d'origine irakienne Ben Kacyra.

    Des centrales nucléaires aux trésors architecturaux

    C’est en assistant horrifié et impuissant au plasticage par les talibans des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan qu’il décide de fonder une organisation à but non lucratif dénommée CyArk. La technologie laser 3D qu'il avait inventée à l’époque pour la surveillance des centrales nucléaires est alors mise à contribution pour scanner des trésors architecturaux inscrits au patrimoine de l'Humanité.

    L'ONG passe aujourd’hui à la vitesse supérieure en s’associant avec la firme américaine Google dans le cadre de son projet « Open Heritage ». « La technologie des scanners 3D laser développée par CyArk permet de numériser des monuments dans les moindres détails comme jamais auparavant, notamment la couleur et la texture des surfaces ainsi que la géométrie des lieux avec une précision millimétrique », explique le géant du Web.

    Visiter en restant chez soi

    Vingt-cinq sites historiques prestigieux de 18 pays figurent au catalogue de la plateforme en ligne. Depuis son ordinateur, son smartphone, sa tablette ou immersion complète avec un casque de réalité virtuelle, l’internaute peut ainsi découvrir les ruines de la cité maya de Chichén Itzá au Mexique, en Syrie le palais Azim à Damas ou encore la Corinthe antique en Grèce.

    Le temple de l'Ananda, à Bagan, en Birmanie, qui avait été fortement endommagé par un séisme en 2016 a aussi été entièrement reconstituer en 3D, ainsi qu’une multitude de monuments sacrés, comme surgissant d’un passé trop vite oublié, que vous pourrez désormais explorer en détail et cette fois, sans craindre de les abimer.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.