GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Skripal: Moscou menace l'UE de «représailles» après de nouvelles sanctions
    • France/Stocamine: l'Etat renonce à extraire les déchets dangereux toujours enfouis (document officiel)
    • L'ambassadrice d'Italie convoquée au ministère français des Affaires étrangères après des propos de Di Maio
    • Henri d'Orléans, comte de Paris, prétendant orléaniste au trône de France est décédé à l'âge de 85 ans
    • France/Audition de Benalla au Sénat: «Je ne détiens aucun secret sur qui que ce soit», n'exerce «aucun chantage»
    • France: Google condamné à 50 millions d'euros d'amende par la Cnil pour défaut d'informations de ses utilisateurs (officiel)
    • Au Burkina Faso, Christophe Diabiré vient d'être nommé au poste de Premier ministre
    • RDC: reprise des programmes de RFI à Kinshasa
    • Zimbabwe: arrestation du patron du syndicat à l'origine de la grève générale, selon ses avocats
    • Audition au Sénat: Benalla reconnaît avoir commis «un certain nombre d'erreurs»
    • Venezuela: arrestation des militaires qui se sont rebellés contre Maduro (armée)
    • Nom de la Macédoine: le Parlement grec se prononce jeudi (agence ANA)
    • Scandale de la viande de cheval: le procès Spanghero s'ouvre ce lundi à Paris
    • Venezuela: des militaires appellent dans une vidéo à ne pas reconnaître le président Nicolas Maduro
    • Syrie: le groupe EI revendique une attaque ce lundi contre des forces kurdes et américaines (organe de propagande)
    • Politique française: Yannick Jadot (EELV) se déclare contre une loi «anticasseurs» (BFMTV et RMC)
    • Les transports publics nationaux seront bientôt gratuits au Luxembourg, «ce sera payé via les impôts», indique un ministre
    • Grand débat national: les Républicains fustigent les «meetings de campagne» d'Emmanuel Macron (porte-parole)
    • Attentat de Salisbury: l'Union européenne sanctionne les chefs du renseignement militaire russe (officiel)
    • Frappes en Syrie: Israël ne laissera «pas passer» les actes «d'agression» iraniens, selon Netanyahu

    Le FMI renforce son arsenal pour s'attaquer à la corruption

    Rencontre plénière lors de la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale à Washington, États-Unis, le 21 avril 2018. REUTERS/Yuri Gripas

    5% du PIB mondial. C’est ce que coûterait chaque année le détournement des fonds publics dans le monde, l’une des nombreuses formes de corruption. Les chiffres sont du Fonds monétaire international. Le FMI s’est engagé ce dimanche à mieux combattre ce fléau mondial, y compris dans les pays développés. L'institution scrutera pour cela les mécanismes anti-corruption et anti-blanchiment de ces pays membres, et pas seulement ceux qui bénéficient d'un programme d'aide.

    On a rarement vu un FMI aussi incisif dans son discours. La corruption, et plus généralement le défaut de gouvernance qui favorise la corruption, est un phénomène mondial, qui pèse sur l'économie globale.

    Voilà pourquoi le FMI s'estime légitime pour la combattre, et pas seulement dans les pays en développement. « À chaque pot-de-vin reçu correspond un pot-de-vin donné », dit le FMI.

    La corruption transcende les frontières. L'argent qui alimente la corruption se trouve souvent en dehors des pays où elle sévit, notamment dans de grandes places financières.

    la City de Londres sera l'une des premières à être passée au crible du nouvel outil de contrôle du FMI.

    Londres, à en croire les révélations de la presse, aurait été envisagé un temps comme le centre d'un vaste programme de blanchiment d'argent pour de riches hommes d'affaires russes.

    Le ministre des Finances britanniques Philip Hammond reconnaît d'ailleurs qu'il ne peut assurer qu'aucun flux illicite ne transitait par la City. Doux euphémisme.

    Le FMI évaluera lors de ces missions de surveillance annuelles (en vertu de l'Article 4 des statuts du FMI) si des mesures anti-blanchiment existent et sont suffisamment efficaces.

    Il n'est pas inutile de rappeler qu'en 2014 déjà, les Etats du G20 s'étaient engagés à « donner l'exemple » en mettant en place des mesures anti-corruption et en améliorant leur gouvernance. Mais un récent rapport de l'ONG Transparency International indique que quatre ans après, les systèmes en place, pour la moitié sont d'un niveau moyen voire faibles.

    Mais est-il légitime pour le FMI d'intervenir directement dans les affaires des Etats, d'être aussi intrusif ?

    Face à cette critique récurrente, le FMI répond oui, et en particulier pour les pays qui demande une aide financière. Ainsi en Ukraine où le FMI a conditionné le déblocage de fonds supplémentaires à la mise en œuvre de réformes certes mais aussi à de réels progrès dans la lutte contre la corruption.

    Même chose pour la République du Congo, où le FMI a exigé des réformes audacieuses et immédiates dans le domaine de la gouvernance.

    Il n'y a pas que les Etats qui intéressent le FMI ; les groupes privés sont aussi dans le collimateur

    Sans pouvoir faire la police, le FMI se donne pour la première fois la possibilité d'examiner de près les contrats privés. D'abord dans les secteurs jugés sensibles à la corruption car impliquant beaucoup d'argent public : la construction, les télécoms et le secteur minier.

    Ce nouvel arsenal du FMI doit commencer à entrer en vigueur en juillet prochain. Mais les représentants de la société civile, souvent en pointe pour dénoncer les faits de corruption et les malversations financières, parfois au péril de leur vie, y compris au cœur de l'Europe, attendent surtout des actes de la part des Etats.

    ►En Bref...

    Les transferts d'argent ont atteint un niveau record l'an dernier.

    Selon la Banque mondiale, cette source de revenus vitale à de nombreux pays pauvres a atteint 466 milliards de dollars en 2017, 8% de plus qu'en 2016. Logique, les économies occidentales se portent mieux et les migrants envoient donc plus d'argent à leur famille restée au pays. La Banque mondiale note ainsi un net rebond pour l’Afrique subsaharienne. Mais tout cela coûte encore beaucoup trop cher s'alarme l'institution...7% en moyenne...la banque préconise de favoriser la concurrence et de développer la technologie pour accélérer les transferts.


    Sur le même sujet

    • FMI

      [Interview] Les prévisions du FMI optimistes, mais à court terme seulement

      En savoir plus

    • FMI/Congo-Brazzaville

      Le FMI aidera le Congo-Brazzaville, mais sous surveillance rapprochée

      En savoir plus

    • Economie

      L’économie africaine en croissance, d’après le FMI

      En savoir plus

    • FMI

      Chine/Etats-Unis: le FMI se pose en médiateur pour éviter la guerre commerciale

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.