GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les caféiculteurs kényans se convertissent à la noix de macadamia

    Noix de Macadamia. Pixabay/Creative Commons/Wow Phochiangrak

    Face à la chute des cours du café, les agriculteurs kényans plébiscitent la noix de macadamia, très bien rémunérée cette année.

    Les caféiculteurs kényans se convertissent à la noix de macadamia. Certains abandonnent même la culture du café pour n’exploiter que la précieuse noix des macadamiers. De grands arbres, qui pendant longtemps donnaient avant tout de l’ombre aux caféiers, mais qui aujourd’hui valent de l’or : la noix de macadamia s’est imposée dans l’agroalimentaire et la cosmétique partout dans le monde, de l’Europe aux Etats-Unis et au Japon. Elle est de plus en plus appréciée en Chine. Son commerce a doublé en dix ans.

    180 shillings le kilo de macadamia brute

    Et les prix de cette noix grimpent cette année au Kenya. Le prix du kilo de macadamia non décortiquée a doublé depuis janvier, il faut dire que les autorités kényanes ont exigé une qualité minimum, ce qui a restreint les quantités commercialisées, il y avait jusque-là un peu d’anarchie, avec des fruits pas tout à fait murs qui étaient proposés aux intermédiaires chinois et qui faisaient s’effondrer les prix.

    Désormais à 180 shillings le kilo, l’équivalent d’1,8 dollar, la noix de macadamia rapporte plus aux agriculteurs plus qu’un kilo de café.

    Bientôt 40 % du prix de vente au caféiculteur ?

    Pourtant le café kényan est un arabica très apprécié. Mais le marché mondial du café n’est pas favorable en ce moment. Les cours mondiaux sont au plus bas depuis deux ans, écrasés par la récolte record que l’on attend au Brésil. Au Kenya, les caféiculteurs reçoivent en outre une part très faible du prix auquel est vendu leur café à la bourse de Nairobi, où s’approvisionnent les traders. Un projet de loi est en discussion dans le pays pour imposer qu’au moins 40 % de ce prix revienne au producteur.

    Le Kenya désormais 3e producteur de macadamia

    En attendant, les agriculteurs kényans se convertissent massivement à la noix de macadamia. Ils ont produit 41 600 tonnes de macadamia brute en 2017, davantage que les Etats-Unis (21 000 tonnes) et ils talonnent désormais les champions mondiaux australiens (47 000 tonnes) et sud-africains (42 000 tonnes).


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La production africaine de noix de cajou, pécan et macadamia se développe

      En savoir plus

    • Côte d'Ivoire

      Côte d'Ivoire: les raisons du blocage de tonnes de café au port d'Abidjan

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      La filière café, une réussite ougandaise

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Côte d'Ivoire: «Ivory Blue», la marque de café-expresso en capsule

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.