GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Mai-68, «un sentiment d’ivresse et d’exaltation»

    Mai-68 face aux barricades, côté police. AFP/Jacques Marie

    Une émission qui revient aujourd’hui un demi-siècle en arrière au printemps 68, un printemps qui a mis toute l’Europe et les Etats-Unis en ébullition.

    Patrick Rotman, témoin privilégié et historien de Mai-68. Il a sorti une BD «La veille du grand soir» (Seuil Delcourt) et un livre avec Charlotte Rotman «Les années 68» (Seuil). RFI/Catherine Rolland

    En France, le 3 mai 1968, c’est l’intervention de la police dans la Sorbonne occupée qui met le feu aux poudres. La contestation va s’étendre alors à toute cette jeunesse du baby-boom. Et ces manifestations étudiantes se transforment en l’un des événements sociaux les plus importants de l’histoire française du XXe siècle, comme l’analyse Patrick Rotman, écrivain et historien et surtout témoin privilégié de l’époque. Patrick Rotman n’avait pas 20 ans et étudiait l’histoire à la Sorbonne en 1968. Avec Catherine Rolland.

    L’Allemagne connait également son mouvement étudiant, particulièrement important à Munich, en Bavière. Pour les étudiants, il s’agit alors de s’en prendre au conservatisme de la société et de demander des comptes sur le passé trouble de leurs aînés. Pauline Curtet a rencontré le journaliste Karl Stankiewitz qui s’est trouvé au cœur de ces événements. Avec Pauline Curtet.

    La bataille de Valle Giulia qui lance le mouvement du «mai rampant», le 1er mars 1968. Domaine public/Anonyme

    En Italie, le mouvement étudiant va être surnommé le « mai rampant » en raison de sa durée, avant de céder la place aux « années de plomb » et au terrorisme. Mais l’épisode le plus marquant de cette révolte sera celui de la bataille de Valle Giulia, le 1er mars 1968, Cécile Debarge.

    Les tanks russes écrasent le Printemps de Prague. © Joseph Koudelka

     

     

    En Europe de l’Est, les revendications ont une autre tonalité.
    La jeunesse veut respirer un peu d'air démocratique. En mai 68, nous sommes en plein Printemps de Prague en Tchécoslovaquie. Le slovaque Alexander Dubcek a lancé depuis janvier l'expérience du « socialisme à visage humain ». Une expérience qui sera écrasée au mois d'août par les chars soviétiques. Un demi-siècle plus tard, Alexander Dubcek n'a pas bonne presse et il est qualifié de faible et naïf, pas sûr que le biopic qui sort ces jours-ci en Slovaquie change la donne. Alexis Rosenzweig.

    En juin 68, c'est au tour de la Yougoslavie de voir les étudiants descendre dans les rues. Très vite, le régime socialiste du Maréchal Tito étouffe la rébellion et tente d'effacer les images. Seules subsistent celles tournées par un tout jeune documentariste, Želimir Žilnik, devenu depuis un monstre sacré du cinéma balkanique. Son portrait avec Simon Rico.

    → Le webdoc Mai-68 dans le monde


    Sur le même sujet

    • France

      Mai-68: il y a 50 ans, l'évacuation de la Sorbonne mettait le feu aux poudres

      En savoir plus

    • Grand reportage

      Il y a cinquante ans en France, mai 1968, une rétrospective

      En savoir plus

    • Rendez-vous culture

      Mai 68 au cinéma

      En savoir plus

    • Appels sur l'actualité

      [1] Emission spéciale : Mai 68

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.