GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Jamal Kashoggi: Bruno Le Maire déclare annuler sa visite à la conférence économique de Ryad
    • Aude: l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 126 communes touchées par les inondations (Journal officiel)

    Noire n'est pas leur métier

    Denise Epoté. © RFI/Pierre René-Worms

    1/Noire n’est pas mon métier

    ► Bonjour Denise Epoté, on se tourne vers le monde du cinéma pour votre première tête d’affiche. Un collectif de 16 actrices noires de peau publie un livre témoignage sur leurs infortunes, clichés et racisme qui jalonnent leur carrière en France. Ce coup de gueule paru aux éditions du Seuil, à la veille du festival du film de Cannes est à l’initiative de la comédienne Aïssa Maïga.

    Aïssa Maïga qui au début de sa carrière commencée il y a 20 ans avait été sciemment retirée de l’affiche d’un film. Depuis, écrit-il elle, « j’ai déployé un arsenal d’armes psychologiques pour ne pas étouffer, pour ne jamais penser que mon corps mon visage, la couleur de ma peau constituait un stigmate ». Dans une France métissée, l’actrice ne s’explique pas que des actrices noires, arabes ou asiatiques, les unes aussi talentueuses que les autres ne fassent pas partie du casting des 300 films produits chaque année en France. De ce constat est né un livre manifeste de 120 pages signées par 16 actrices. Leur prise de parole fait écho à toutes les paroles de victimes de viol ou d’abus sexuel qui ont décidé de ne plus se taire. Ces voix noires de France rappellent celles de leurs homologues afro-américaines qui elles aussi s’étonnaient de n’être confinées qu’à des seconds rôles et surtout de n’être que très rarement primées lors de la cérémonie des oscars.

    ► Chacune des 16 signataires du bouquin, égraine avec force détail, Denise, leur volonté d’être considérée d’abord comme une comédienne française capable d’endosser toute sorte de rôles plutôt que d’être réduite au seul rôle de femme noire.

    Chacune y va de son histoire en dénonçant le racisme ordinaire en France. Nadège Beausson-Diagne formée au conservatoire, mais dont la frisure des cheveux a longtemps posé problème pour les rôles qu’elle devaient incarner. Sur les tournages elle n’était plus Nadège, mais la Bamboula.

    Maïmouna Gaye évoque elle. les commentaires des journalistes qui ne soulignent que ses formes, longues jambes comme des lianes, une souplesse de gazelle. Une Bambi noire mais belle. Peu importe la qualité de son interprétation.

    Eye Haïdara, s’interroge, quand seront nous banales ? Née en France dans le 17 eme arrondissement, l’actrice est certes noire, mais française. Malgré tout on lui conteste la légitimité de jouer le rôle d’Angélique dans la place Royale de Corneille.

    Rachel Khan elle, a dû renoncer à faire de la danse classique, car son professeur lui demandait de rentrer ses fesses. Lors des castings on lui propose les incontournables rôles de femme de ménage, de pute en adoptant un accent qui ressemble à la couleur de sa peau.

    Pour Marie-Philomène Nga, en plus du rôle d’une femme seule parlant le bambara et bredouillant le français, il fallait également subir le dictat de la costumière. Être habillée en boubou comme les mamas de Barbès qu’elle aperçoit de sa fenêtre.

    A Firmine Richard dont la carrière a démarré par un succès à 40 ans dans Romuald et Juliette de Coline Serreau on a souvent offert des rôles d’infirmière. Elle se dit pourtant prête à jouer une femme de ménage à condition que cela apporte quelque chose.

    Ni noire ni banche Sonia Rolland s’est toujours vue proposer des scénarios qui mentionnent l’origine de son personnage. Tantôt catin, tantôt maîtresse, souvent dénudée. Toutes reconnaissent cependant que les choses changent, mais le processus est lent. Sous l’influence du cinéma américain dans lequel les acteurs afro-américains ne sont pas que des caïds ou des dealers, la carrière des actrices noires et françaises comme Assa Sylla, Karidja Touré, Sara Martins, Sabine Pakora, Magaajyia Silberfield, Shirley Souagnon et France Zobda autres signataires de ce livre est appelée à changer.

    2/Ghana et Burkina Faso les bons élèves du 3 mai

    Deux pays sont en deuxième et dernière position de votre hit-parade Denise : le Ghana et le Burkina Faso. alors que l’on a célébré ce jeudi, la journée internationale de la liberté de la presse. Eh bien ces deux pays se distinguent favorablement dans le classement annuel de reporters sans frontière.

    Pour le Burkina Faso occuper la 41 eme place dans le classement de Reporters sans frontière est plus que flatteur. Tant mieux si depuis l’insurrection de 2014 les autorités n’ont rien fait pour brider la presse. Le Burkina Faso est le premier pays africain francophone à se hisser à cette place. Le Ghana est le premier pays du continent à se hisser au 23 eme rang devant des pays occidents tels que la France, le Royaume uni et les Etats-Unis situés à la 33è, 40è et 45è place.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.