GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Une sonde pour le suivi des températures et la qualité des stocks de foin

    Nadine Pesonen, ingénieure, inventeur, fondatrice de la société Quanturi. RFI/Sayouba traoré

    La question est importante. Car chaque année, plus d’une centaine de feux de ferme sont dénombrés en France. Avec de graves dommages économiques qui peuvent s’élever jusqu’à 400.000 euros par feu, soit plus de 260 millions de francs CFA par incendie. On ne le sait pas automatiquement, mais pour tout stock de fourrage, le danger d’échauffement est présent. Et c’est cette montée de température qui conduit au feu de ferme. Il n’y a aucune magie à cela, encore moins des intentions criminelles, car il s’agit d’un phénomène tout à fait naturel qu’il faut surveiller sans relâche.

    Si on sait que la fermentation et l’échauffement peuvent conduire à des feux de ferme, il n’existe aucun système permettant de suivre les variations de température du fourrage sur l’ensemble d’un hangar ou d’un fenil. Et c’est là qu’interviennent Nadine Pesonen et sa société Quanturi. Nadine Pesonen est ingénieure, et également sœur, fille et petite-fille d’agriculteurs. En 2001, le hangar de son frère brûle à cause de l’auto-combustion. Ce sera l’élément déclencheur pour la recherche technique d’une solution. Et cette solution consiste en une sonde implantée au cœur de la meule, et connectée à un ordinateur ou à votre smartphone. A chaque sonde est dédié un numéro d’identification, et elle transmet les données concernant la zone de stockage où elle se trouve.

    Il faut savoir dépasser l’émerveillement devant une prouesse technique. De plus en plus dans le monde, on encourage les éleveurs à abandonner l’élevage transhumant pour garder les animaux à la ferme. Ce qui suppose de stocker de l’alimentation bétail, principalement du fourrage dans les pays sous-développés. Il se trouve que dans des pays comme le Sahel africain, on a naturellement des températures pouvant dépasser les 40 degrés. Ajoutons à cette constante climatique, les phénomènes de fermentation et d’échauffement du fourrage, et on comprend que le problème est sérieux.

     

    Invités :
    - Anthony Uijttewaal, responsable du pôle Fourrages chez Arvalis - Institut du végétal
    - Nadine Pesonen, ingénieure, inventeur, fondatrice de la société Quanturi
    - Christophe Colas, responsable d’usine de l’entreprise Durepaire.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski

    Christophe Colas, responsable d’usine de l’entreprise Durepaire. RFI/Sayouba Traoré
    Prochaine émission

    La lutte contre les dépérissements de la vigne

    La lutte contre les dépérissements de la vigne
    Les dépérissements de la vigne touchent aujourd’hui 10 % du vignoble. Sachant que la France représente 10 % de la surface mondiale de vigne, qu’elle produit 16 % du vin de la planète (3,7 milliards de litres) et qu’elle est le 1er exportateur de vin en (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.