GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Un port de pêche brazzavillois va revivre grâce au Maroc

    Le roi du Maroc Mohammed VI, lors du sommet de l'initiative du Fonds bleu du Bassin du Congo, le 29 avril 2018 à Brazzaville. Deux milliards de francs CFA vont être investis par le Maroc pour faire revivre le port de Yoro, au Congo-Brazzaville. AFP/Laudes Martial Mbon

    Deux milliards de francs CFA pour aménager le port de pêche de Yoro, c'est le soutien apporté par le Maroc via l’initiative du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, destinée à l’aménagement du fleuve Congo. En visite fin avril à Brazzaville le roi Mohammed VI a donné le coup d’envoi des travaux d’aménagement du vieux port de Yoro situé dans un quartier populaire et dont l’activité a besoin d’un nouveau souffle.

    De la boue et des tas d’immondices au milieu desquels se tient chaque jour un marché de fortune : c’est l’image que présente actuellement une partie du quai du port de Yoro identifiable par ses deux baobabs. Cette image va changer dans les deux prochaines années grâce aux travaux de modernisation financés à hauteur de 30 millions de dirhams (près de 2 milliards de francs CFA) par le royaume du Maroc à la grande satisfaction des pêcheurs. « Nous serons bénéficiaires d’un port moderne. Le roi du Maroc a bien voulu honorer le Congo ; il a bien voulu mettre dans de bonnes conditions les pêcheurs congolais », se réjouit Romuald Ekola, vice-président de la Coopérative des pêcheurs de Mpila.

    Plus de 3 500 bénéficiaires directs

    Le projet de construction du point de débarquement aménagé de Yoro intègre l’initiative du Fonds bleu pour le Bassin du Congo. Les bénéficiaires directs : plus de 3 000 femmes vendeuses et 500 marins pêcheurs, qui utilisent parfois des pirogues abîmées et des baleinières au toit parfois percé, sont convaincus que leur centre d’activités va sortir de son état embryonnaire.

    Il en est de même pour Frédéric Privat Ndéké, maire de Talangaï l’arrondissement qui abrite le port. « Je pense qu’à partir des activités qui vont être entreprises ici, le port de Yoro va avoir un nouveau visage. Je crois également avec les voies d’aménagement qui vont être créées, c’est la modernité que nous vivrons à Yoro », se félicite M. Ndéké.

    Des aménagements soutenus par les opérateurs économiques

    Le projet prévoit entre autres l’aménagement des magasins de pêcheurs, des ateliers de réparation de pirogues et moteurs, une fabrique de glaces ou encore une chambre froide. Fruit de la coopération Sud-Sud, l’aménagement du port de Yoro est soutenu par les opérateurs économiques.

    Paul Obambi et docteur Galessami Ibombot sont les président et vice-président de la chambre de commerce de Brazzaville. Pour eux, « C’est un port historique, un port de pêche que nous réhabilitons dans l’histoire. C’est une véritable valeur ajoutée économique, mais aussi culturelle », affirme Paul Obambi, président de la Chambre de commerce de Brazzaville. « Maintenant avec la création de ce port c’est le développement pour le développement. On rattrape vraiment le retard », souligne de son côté le Dr Galessami Ibombot, vice-président de la Chambre de commerce de Brazzaville.

    En amont du Beach, le port fluvial de Yoro fait partie de Mpila, un quartier à l’est de Brazzaville dévasté par les explosions en 2012 et dont l’activité économique est toujours en quête d’un nouveau souffle.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.