GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La violence est-elle légitime pour exprimer un point de vue politique?

    Deviolents incidents ont émaillé la manifestation parisienne du 1er Mai. REUTERS/Christian Hartmann

    Les images auront marqué le dernier défilé parisien du 1er mai au point de vampiriser des cortèges traditionnels et de rendre leurs slogans inaudibles. Celles de véhicules brûlés, de magasins vandalisés, de cocktails molotovs et de pavés qui célébraient à leur manière un autre moi de mai un demi-siècle plus tôt. Celles de casseurs, d'anarchistes cagoulés, de militants d'une ultragauche coutumiers des débordements... C'est le constat de certains observateurs, pour qui ces violences sont non seulement condamnables, mais surtout gratuites. Faux, répondent justement les acteurs de ce black bloc. Leur violence, assumée, est l'expression d'une pensée politique. Une réponse ciblée à celle, plus diffuse, du capitalisme, des puissants, d'un Etat qui écraserait le peuple. Une violence légitime, donc... Au moins autant que n'importe quel autre mode d'expression. Une violence soluble dans le débat politique ?

    Pour en débattre :

    - Jean-Michel Schlosser, sociologue, ancien inspecteur de police, auteur d’une thèse sur les techniques de formation des policiers

    - Olivier Cahn, maître de conférences en droit pénal à la faculté de Droit de Cergy-Pontoise et chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP-CNRS)

    Rejoignez Le débat du jour sur Facebook ou sur Twitter.


    Sur le même sujet

    • Invité du matin

      Mathilde Panot (France insoumise): «Nous sommes strictement opposés à la violence en politique»

      En savoir plus

    • France / Justice

      Violences du 1er-Mai: la difficulté de juger les casseurs

      En savoir plus

    • France

      France: les autorités critiquées pour la gestion des violences du 1er-Mai

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.