GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
    • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
    • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
    • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
    • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
    • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
    • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
    • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)

    Valeurs du passé

    La Une de «Valeurs actuelles» numéro 4250, du 10 au 16 mai 2018. Valeurs actuelles

    Cette semaine dans La chronique des médias, retour sur l’hebdomadaire Valeurs actuelles qui a fait sa Une cette semaine sur le milliardaire George Soros qu’il accuse de « comploter contre la France », ce qui a déclenché une vive polémique sur les réseaux sociaux.

    Le « milliardaire qui complote contre la France », le « financier mondial de l’immigration et de l’islamisme ». C’est par ces mots que Valeurs actuelles a fait sa Une sur George Soros, homme d’affaires juif américain d’origine hongroise. Pour une fois, les patrons du Monde et de Médiapart étaient d’accord pour dénoncer le complotisme de cette enquête qui voit derrière leurs révélations sur les « Paradise papers » la main occulte de la Fondation Open Society de George Soros. D’autres ont été plus loin en parlant comme l’essayiste Raphaël Glucksmann de « protocole des sages de Sion, version 2018 ».

    Et c’est vrai qu’à la lecture de ce réquisitoire contre la « machination Soros » où est dépeint un « nouveau Belzébuth », une « influence tentaculaire » ou « un prédateur qui fond sur sa proie » on ne sait plus très bien si l’on est dans une feuille d’extrême droite ou dans le seul phantasme d’une « submersion migratoire ». Une submersion alimentée, nous dit l’article, par un milliardaire qui mêle ses intérêts propres à des actions politiques en sous-main, notamment en Afrique où il financerait des projets de promotion de la liberté pour « participer au renversement des chefs d’Etat ».

    Révélateur du populisme en cours en Europe

    On peut trouver peu sérieux ce galimatias où les idéaux sans frontière d’un homme se transforment en volonté sournoise de s’imposer comme maître du monde, il est aussi révélateur du populisme en cours en Europe. Car bien sûr, cette Une ne tombe pas par hasard. Elle arrive après des élections législatives en Hongrie où le parti de Victor Orban a obtenu les deux tiers des sièges.

    Dans ce pays, le slogan du gouvernement est « Stop Soros ». Il s’agit d’empêcher de nuire une liste d’ONG financées par l’étranger, donc par Soros. Et la Hongrie qui n’accueille aucun migrant est entretenue dans l’idée d’un Islam aux portes de la veille Europe. Outre les messages publicitaires, les outils de propagation de ce climat anti-migrants sont les médias gouvernementaux ou des organes tenus par des proches du pouvoir.

    Valeurs actuelles, appartenant à l’homme d’affaires franco-libanais Iskandar Safa, a compris que ce message simpliste, complotiste, fonctionne très bien dans l’opinion. Pour maintenir ses ventes, il fonctionne régulièrement avec des sondages pour déterminer la musique que veut entendre son lectorat. Après avoir été condamné par deux fois pour provocation à la haine pour des Unes sur les Roms et les femmes voilées, l’hebdomadaire flirte aujourd’hui, par populisme, avec ce qu’il a jusqu’à présent soigneusement cherché à éviter : la haine du financier juif cosmopolite.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.