GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Deux têtes d'affiche au festival de Cannes

    Denise Epoté. © RFI/Pierre René-Worms

    1/ Khaled Igue Young Global Leaders 2018

    ► Bonjour Denise Epoté, votre première tête d’affiche est Franco-Béninois et fondateur du club 2030 Afrique. Une plateforme tournée vers le développement et l’émergence du continent. Ce qui a valu à Khaled Igue de figurer dans le classement 2018 des jeunes leaders, établi par le forum économique de Davos en Suisse.

    Six ans après le lancement du Club 2030 Afrique, la reconnaissance internationale obtenue à Davos confirme les choix faits par Khaled Igue. La promotion de nouveaux modèles de développement en vue d’atteindre l’émergence du continent. L’expérience acquise au sein des différents groupes dans lesquels a travaillé cet ingénieur en génie civil a fait de lui un ardent défenseur du transfert de compétences et de la formation des habitants dans lesquels s’installent les multinationales. Grâce à un réseau d’experts, de leaders d’opinion, de décideurs politiques, de hauts fonctionnaires et de grandes entreprises le Club 2030 Afrique est une force de proposition pour conduire des actions sur le terrain dans un contexte où les problématiques de bonne gouvernance financière, de croissance économique durable et de développement humain sont des enjeux majeurs pour des secteurs clef tels que la santé, l’énergie, l’éducation, l’agriculture et le numérique. Son engagement en faveur du continent Khaled Igue le poursuit en parallèle de ses fonctions de directeur des partenariats publics et institutionnels à l’office chérifien des phosphates. En intégrant le cercle fermé des jeunes leaders mondiaux, il rejoint une communauté de membres dont les réalisations professionnelles, leur engagement envers la société et leur potentiel contribuent à forger l’avenir du monde. Il ne reste qu’à espérer Assane qu’en 2030 la majorité des pays africains ait atteint l’émergence tant espérée.

    2/Wanuri Kahiu, star à Cannes et paria à Naïrobi

    ► On se tourne vers le festival du film de Cannes qui bat son plein actuellement pour la deuxième figure de votre palmarès Denise. La cinéaste kenyane Wanuri Kahiu dont le film Rafiki qui traite de l’homosexualité est à l’affiche du festival alors qu’il est censuré, interdit de projection au Kenya.

    Honorée d’avoir été la première réalisatrice de son pays à être sélectionnée à Cannes, à l’applaudimètre Wanuri Kahiu a réussi à faire connaître une belle histoire d’amour entre deux jeunes filles. Mais pour un film racontant la relation entre Kena et Ziki toutes deux filles de leaders politiques, le contexte en France est nettement plus favorable qu’au Kenya où la constitution tout en protégeant tous les citoyens y compris les LGBT condamne les actes homosexuels. Rafiki, amie en swahili langue nationale du Kenya est l’adaptation du livre Jamabula Tree de l’Ougandaise Monica Arac De Nyeko. Ouganda où l’homosexualité est également un délit. Si après avoir accordé l’autorisation de tournage à Wanuri Kahiu, la commission de censure s’est rétractée en interdisant la diffusion du film, c’est à cause de sa fin heureuse qui selon elle, légitime l’homosexualité. Dans un climat hostile aux LGBT, il aura fallu six ans à Wanuri Kahiu pour tourner Rafiki, seconde production kenyane à traiter de cette question. Stories of your lives, première fiction LGBT réalisée par un collectif kenyan a valu à son producteur d’être arrêté. Wanuri Kahiu est consciente du risque qu’elle court en rentrant au Kenya. Mais attendant elle n’est pas peu fière d’avoir fait connaître cette réalité kenyane. Et hasard de l’histoire, ce film est une succession de destins de femmes : l’auteur, la réalisatrice, et les deux actrices. Ce qui fait dire à Wanuri Kahiu : Yes we Cannes !

    ► On reste à Cannes Denise. Pour un coup de projecteur sur Khadja Nin la chanteuse burundaise est l’une des membres du jury du festival 2018 présidées par l’actrice australienne Kate Blanchett.

    Khadja Nin est une belle tête d’affiche au cœur de cette 71e édition du Festival de Cannes. La chanteuse burundaise très engagée en faveur des migrants est l’ambassadrice du continent au sein d’un jury en majorité composé de femmes. Cette année, c’est un film égyptien qui représentera le continent dans la sélection officielle. Yomeddine d’Aboubahkr Shawky. Et Khadja Nin de déplorer le fait que l’Afrique n’ait pas conscience de l’atout que représente la culture pour le développement. Le 16 mai on la retrouvera aux côtés des 16 actrices françaises et noires qui ont signé un livre manifeste pour dénoncer les discriminations raciales et sexistes qu’elles ont subies au cours de leur carrière. Loin des paillettes, la chanteuse qui a mis sa carrière entre parenthèses est préoccupée par la crise politique dans laquelle est plongé son pays depuis 2015.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.